Europe (hors France)
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Actu marché
- Virginie Boillet

L'autorité de régulation financière britannique va étudier les comptes d'Autonomy, avant son rachat par HP. Des soupçons de manipulations comptables planent sur les anciens dirigeants d’Autonomy, qui s’en défendent.

Après cette enquête, le « Financial reporting Council » britannique décidera ou non d’engager une procédure disciplinaire à l’encontre de l’éditeur de solutions de gestion de l’information ou de ses dirigeants. Rappelons qu’Autonomy a été racheté par HP en août 2011 pour un prix de 10,3 milliards de dollars, considéré comme largement au-dessus de sa valeur par les experts du numérique. En novembre 2012, HP avait été obligé de procéder à une dépréciation de 8,8 milliards de dollars portant sur l'activité d'Autonomy, dont 5 milliards de dollars de ce total étaient attribués à des irrégularités comptables présumées avant l'acquisition.
Source : LMI

- Virginie Boillet

Le portail de données publiques allemandes devrait bientôt sortir en version bêta. Pourtant la communauté Open Data n’est pas satisfaite.

En cause : le gouvernement allemand a modifié le nom du portail en « GovData ». Le mot « open » n’apparaît donc plus. Ensuite, la licence nationale qui serait mise en place serait très restrictive et ne permettrait pas les réutilisations commerciales. Ainsi une déclaration conjointe, intitulée "Ce n'est pas votre GovData" a été publiée par divers groupes de la communauté open data.

Source : http://epsiplatform.eu


 

Catégories : Brève, Data, Europe (hors France)
- Virginie Boillet

L’Open Knowledge Foundation relaie l’appel de « AllTrials initiative » pour une libération de la totalité des résultats des essais cliniques.

En effet, la moitié des essais cliniques ne sont jamais publiés. L’objectif est  de construire une base de données, qui permettrait aux médecins, aux patients et aux chercheurs d’avoir pleinement connaissance des résultats d’essais sur les médicaments. C'est l’écrivain scientifique britannique, docteur en médecine et psychiatre, Ben Goldacre, qui a lancé cette grande campagne. En effet, les résultats négatifs ne sont pas publiés alors que les résultats positifs le sont, menant à ce que Ben Goldacre appelle une « fraude à la recherche », trompant les médecins sur les médicaments qu’ils prescrivent et les patients. Les premiers résultats de cette mobilisation sont apparus dans les 48 heures. Le législateur s’est prononcé récemment pour une transparence des essais cliniques. Le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline a annoncé supporter la champagne. Face aux scandales de plus en plus nombreux autour de la nocivité de certains médicaments, une telle base de données serait plus que salutaire.

Source : http://blog.okfn.org/category/open-data/

Catégories : Brève, Data, Europe (hors France)
Tags : open data
Actu marché
- Virginie Boillet

L’éditeur de solutions ECM open source, Alfresco a annoncé l’acquisition de WeWebU Software AG, acteur allemand sur le marché des applications mobiles de gestion de contenus.

WeWebU enrichit la plateforme Alfresco de vues dynamiques ainsi que de dossiers virtuels, offrant une plus grande facilité de personnalisation. Les fonctionnalités de WeWebU sont par ailleurs conçues et accessibles par les utilisateurs mobiles depuis un iPad ou un iPhone. La technologie WeWebU permet de combiner des solutions de gestion de contenus mobiles et hybrides cloud.

Selon un rapport Forrester (1), « les acteurs du marché de l’ECM vont devoir abandonner leur approche technologique au profit d’une démarche solutions afin de répondre aux problématiques de l’entreprise et de ses collaborateurs. Ces nouvelles solutions doivent se focaliser sur l’automatisation des processus et apporter des fonctionnalités qui permettent d’optimiser la gestion du contenus, de son stockage à son utilisation ».

WeWebU sera intégrée au sein d’Alfresco en tant qu’entité, appelée Alfresco Business Solutions, avec à sa tête Stefan Waldhauser.

(1) Forrester Research, Inc. “Address the Complex ECM Landscape” by Alan Weintraub, Craig Le Clair, November 27, 2012

Source : Alfresco

 

Conférence
- Virginie Boillet

La journée internationale de la protection des données personnelles - Privacy Day, qui a lieu le 28 janvier de chaque année, a pour but de sensibiliser les citoyens, les organismes publics et les entreprises à la question de la protection des données personnelles. Cette journée commémore la signature, par le Conseil de l’Europe, de la Convention pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel, le 28 janvier 1981. La Commission vie privée (Belgique), créée suite à l’entrée de la Loi vie privée le 8 décembre 1992, a organisé pour son 20e anniversaire, le jour du Privacy Day, une journée d’étude consacrée à l’archivage électronique.

A la salle des Congrès de la chambre des représentants à Bruxelles, neuf conférenciers  ont mis en lumière, sous des angles différents, les rapports entre protection des données personnelles, transparence et archivage électronique. Je voudrais résumer et partager ici quelques points de cette journée.

Le Prof. Patrick Van Eecke, avocat, Université d’Anvers, a rappelé que malgré le développement des réseaux sociaux et la tendance des citoyens à exposer leur vie sur le net, il n’est pas vrai que la protection de la vie privée s’estompe. Au contraire, les règles se renforcent. Il précise que les archivistes et les juristes doivent accorder leurs objectifs: la préoccupation première des archivistes est de garantir la lisibilité et l’authenticité des documents. Pour les juristes, il est nécessaire qu’un contrat conclu par voie électronique et pourvu d’une signature électronique valable en droit soit opposable, autrement dit que la validité juridique de la signature électronique soit garantie dans le temps, ce que la migration de format sans autre précaution ne garantit pas. Parmi les règles d’or se trouve celle de la formation des archivistes en matière de protection des données personnelles: les collaborateurs en contact avec des données personnelles doivent recevoir une formation en la matière. Il a également mis le doigt sur l’importance du Service Level Agreement (SLA) dans la relation avec un tiers-archiveur. Enfin, il faut toujours se méfier des aberrations si courantes dans les processus les mieux réglés, par exemple maîtriser au mieux la gestion d’un système d’information et ses droits d’accès mais stocker les bandes de backups dans une cave non surveillée…

Lors de sa présentation sur la problématique de l’archivage des e-mails, Jean-Marc Rietsch, président de FedISA (Fédération européenne de l’ILM du stockage et de l’archivage) a introduit le terme de dématique, qui est pour moi une notion nouvelle. Pourquoi utiliser ce terme? Selon lui, le terme dématérialisation est source de confusion, car il renvoie à la notion de numérisation et de scanner. Or la dématérialisation va plus loin, puisque ce sont les processus-métier eux-mêmes qui sont dématérialisés. Il faut donc  entendre  dématique selon la définition suivante: dématérialisation des supports, des échanges et des processus.

Nous avons découvert lors de cette journée la spécificité du Luxembourg en matière d’archivage électronique. En effet, le Luxembourg possède une législation sur l’archivage électronique depuis 25 ans, permettant notamment aux entreprises de dématérialiser certains documents. Mais il semble que cette législation ait été prématurée et a échoué car il était trop tôt pour les entreprises de procéder ainsi. Le Luxembourg prépare maintenant une réforme ambitieuse de son cadre légal sur l’archivage électronique, qui a pour but de démocratiser et simplifier l’accès à l’archivage, d’assurer une véritable reconnaissance aux archives, de dynamiser et encadrer le marché de l’archivage et de contribuer à faire du Luxembourg le coffre-fort numérique de l’Europe. Le président de FedISA Luxembourg, Cyril Pierre-Beausse, a présenté la future organisation du marché de l’archivage: il s’agit tout d’abord de créer le statut PSDC (prestataires de services de dématérialisation et de conservation). Ces prestataires devront ensuite être certifiés par l’Etat. L’objectif est qu’il y ait une véritable présomption de conformité à l’original des archives réalisées par un PSDC, et qu’ainsi il n’y ait pas de possibilité pour le juge d’écarter un document parce qu’il se présente sous forme numérique, ni de faire prévaloir un original papier. Voir le Livre Blanc de FedISA Luxembourg sur le coffre-fort électronique.

Les Archives de l’Etat en Belgique  étaient représentées par Rolande Depoortere et Sébastien Soyez, qui ont présenté l’archivage électronique à l’épreuve des législations “vie privée” et “archivistique” en analysant les archives électroniques selon les fonctions archivistiques (description et classement, sélection, transfert, conservation et communication).

La journée s’est conclue par une réflexion “qui interpelle” au sujet des archives numériques de la presse et du problème de la conciliation entre le devoir de mémoire et la vie privée. Philippe Nothomb, conseiller juridique du groupe de presse belge Rossel, est régulièrement sollicité par des personnes désirant faire retirer une information les concernant ou y apporter une rectification (et lorsqu’il part en vacances, il semble que ces personnes en profitent pour contacter directement les journalistes, en l’absence du conseiller juridique, pour leur mettre la pression afin qu’ils retirent ou modifient des articles les concernant….). Les éditeurs de presse veulent préparer un texte de loi qui permet de préserver intégralement en ligne les contenus d’archives de presse en proposant aux personnes physiques et morales deux droits:  un droit de rectification numérique, qui sera liée en ligne à l’article contenant une inexactitude de fait, et un droit de communication numérique, qui permettra de demander une insertion gratuite (en cas par exemple de décision de non-lieu, d’acquittement, de réhabilitation, etc.). Est-ce réalisable? Qui vérifiera les faits? La question peut plus largement s’étendre aussi aux médias en ligne qui modifient continuellement leur contenu et qui publient en flux continu.
 
Une de mes conclusions à cette journée est qu’il nous appartient à nous, professionnels de l’information, d’appliquer les lois en matière de protection des données personnelles, de nous former et de mettre en place les bonnes formations, de travailler de manière interdisciplinaire (comme l’a mis en évidence Marie Demoulin, chercheuse au Crids  et spécialiste de l’archivage électronique “légal”, qui a ouvert cette journée d’étude). De ne pas oublier d’inclure dans les acteurs fondamentaux de l’archivage électronique les juristes (que l’on oublie peut-être souvent d’intégrer dans nos groupes de travail, focalisés comme nous les sommes sur les responsables IT). Mais ne faudrait-il pas aussi se former tous, en tant que citoyens, à prendre avec recul les informations qui se trouvent sur internet, comme les sites de presse, plutôt que de mettre en place des systèmes compliqués de droit à la rectification (je parle bien là pour les sites de la presse et non de diffamation sur les réseaux sociaux contre laquelle il faut continuer à se battre) ?

Source : Blog http://present-hieretdemain.tumblr.com/



- Virginie Boillet

Selon un article du Guardian, les médecins pourront très bientôt prescrire des livres à leurs patients atteints de troubles mentaux, tels que l’anxiété, la dépression nerveuse ou les crises de panique.

Le programme a été annoncé à la British Library la semaine dernière, mais le programme est développé par une ONG britannique appelée « The reading Agency » depuis le dernier trimestre 2012. « Il apparaît de plus en plus évident que la lecture peut aider des personnes atteintes de maladies mentales à aller mieux », explique la directrice de « The Reading Agency ».  Un total de 30 « titres à prescrire » seront disponibles dans les bibliothèques à travers l’Angleterre, à compter de mai 2013. Le même type de programmes existent aussi au Pays de Galle, au Danemark et … en Nouvelle-Zélande.

Source : Teleread

Tendance
- Thibaut Stephan

Après Gartner, c’est au tour de Forrester de publier son rapport de prospective. « The Global Tech Market Outlook 2013 to 2014 » synthétise les projections des analystes en matière d’investissements IT ces deux prochaines années.

Tags : Big data, mobilité, IT
Tendance
- Thibaut Stephan

D’après le cabinet Gartner, les dépenses mondiales des entreprises en technologies de l’information pourraient atteindre 3,7 milliards de dollars en 2013, soit une croissance de 4,2% par rapport à 2012. Les analystes précisent que des calculs réalisés en dollar constant ramèneraient toutefois le taux de croissance à 3,9%.

Ces prévisions englobent l’ensemble des investissements en matière d’équipements informatiques, de logiciels, de services IT et en lien avec les télécommunications.

Le vice-président de Gartner Richard Gordon explique que les incertitudes des entreprises concernant le contexte économique, principal frein aux investissements IT, devraient être progressivement balayées au cours de l’année 2013.

Les segments « solutions d’entreprises » et « équipements » (PC, tablettes, smartphones, imprimantes) seront probablement les plus dynamiques, avec des taux de croissances respectifs évalués à 6,4% et 6,3%. Le premier nommé devrait notamment être tiré vers le haut par les problématiques de sécurité, de stockage et de gestion de la relation client.

 

Source : Gartner

Tags : Gartner, IT
- Virginie Boillet

Annoncé l’année dernière par Neelie Kroes, la Commissaire européenne chargée de la société numérique, il a été lancé, en décembre, avec 5800 jeux de données, provenant majoritairement d’Eurostat.

A travers ce site, la Commission européenne compte montrer l’exemple aux pays de l’UE n’ayant pas encore ouvert leurs données publiques. Ce portail est une première étape vers la création à terme d’un portail paneuropéen qui
donnera accès à l’ensemble des données publiques, à la fois nationales, régionales et locales, de tous les pays de l’UE. Le site sera lancé officiellement courant janvier.

Pour le visiter : http://open-data.europa.eu/open-data/

Source : ePSIplatform

Catégories : Brève, Data, Europe (hors France)
Tags : open data
- Virginie Boillet

La Commission européenne a mené un ensemble de travaux sur la dématérialisation en 2012 afin d’encourager la dématérialisation dans l’Union européenne Voici une synthèse de ses travaux.

Page 3 / 22 1 2 3 4 5 ... Fin
Powered by KB Crawl