Europe (hors France)
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
- Virginie Boillet

C’est le principal constat du 3e Baromètre européen de l’Innovation, que BVA réalise pour le Collège Editeurs de Logiciels de Syntec Numérique, en partenariat avec 01 et BFM Business.

Cette troisième édition était axée sur la place des nouvelles technologies dans le système éducatif.

 

Seulement 13% des Français considèrent qu’ils ont le système éducatif le plus performant contre 45% des Allemands. A noter que les Français sont seulement 26% à se déclarer satisfaits de leur propre système éducatif et 16% à considérer que leur pays favorise les liens entre l’école et le monde de l’entreprise, alors que leurs homologues européens s’estiment mieux lotis.

Seuls  50% des Français jugent que leur propre système éducatif intègre suffisamment les nouvelles technologies, se situant là encore loin derrière leurs voisins d’outre-manche (74%) et d’outre-rhin (70%).

 

Légère baisse de moral chez les éditeurs

Très confiants le trimestre dernier en la situation économique de leur entreprise et de leur secteur, les éditeurs revoient leur optimisme à la baisse (58% d’indice de confiance vs 83% en juillet) et sont 40% à présenter à date un résultat en dessous de leur objectif.

Pour autant, ils ne s’avouent pas vaincus : ils sont 74% à prévoir d’investir sur de nouveaux projets au cours des trois prochains mois (soit 6 points de plus que lors des deux premiers trimestres 2011) et 58% à annoncer une augmentation de leurs effectifs pour cette année.

 

Objectif du baromètre :

L’objectif de cet indicateur est, :

-          d’une part, d’appréhender les perceptions des habitants de cinq grands pays européens (Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie) sur l’innovation et,

-           d’autre part, de mesurer de façon objective les indicateurs d’investissement, d’activité et de moral du secteur des éditeurs de logiciels.

 

Méthodologie du baromètre :

Cette étude a été menée auprès d’un échantillon représentatif de 3 996 européens (allemands, espagnols, français, anglais et italiens), âgés de 15 à 65 ans, et de 101 éditeurs de logiciels français.

 

 

- Virginie Boillet

C’est ce que démontre un ensemble d’études de cas, réalisées par l’ISO et des organisations partenaires, selon une méthodologie commune. 11 entreprises de divers secteurs dans 10 pays ont été interrogées.

Echantillon des entreprises étudiées :

Les 11 entreprises participantes sont, en majorité, situées dans les pays émergents ( Indonésie, Singapour, Thaïlande, Viet Nam, Brésil, Colombie, Pérou, Botswana, Afrique du Sud) et, pour deux d’entre elles, en Allemagne. Les structures étudiées sont de toutes tailles : de la petite entreprise de 25 salariés avec des recettes moyennes des ventes s’élevant à USD 4,5 millions aux entreprises comptant plusieurs milliers de salariés et des recettes annuelles dépassant USD 1,5 milliard.

Elles opèrent dans divers secteurs: agroalimentaire, produits chimiques, construction et matériaux de construction, appareils électriques, distribution électrique, distribution/logistique de l’agroalimentaire, équipement d’automatisation industrielle, technologies de l’information et des télécommunications.

 

 

Les rapports complets de chacun des cas et des synthèses de chaque projet sont disponible à l’adresse :  www.iso.org/benefits_of_standards

 

Un ouvrage rassemblant toutes les études de cas vient de paraître en anglais sous le titre Economic benefits of standards (Avantages économiques des normes).

Economic benefits of standards – International case studies (ISBN 978-92-10556-7), format A5, 303 pages, est disponible en anglais auprès des instituts nationaux membres de l'ISO (voir la liste complète avec les coordonnées).

Disponible sur l'ISO Store

 

- Virginie Boillet

Seuls 20 % des éditeurs britanniques, qui redoutent le piratage, autorisent la mise à disposition de leurs livres électroniques dans les établissements de lecture publique. Source : Livre Hebdo

- Thibaut Stephan

Interrogé à l’occasion de l’Open World Forum 2011 de Paris par Silicon.fr, Stéfane Fermigier, fondateur et président du conseil de surveillance de Nuxeo, rappelle la stratégie du 2e éditeur open source d’ECM du marché français (après Alfresco) :

« Notre objectif est de fournir une plate-forme de gestion de contenu, mais sans forcément couvrir tous les besoins. Pour les fonctions complémentaires, nous signons des accords avec des éditeurs tiers. Le second axe de partenariat est avec les éditeurs de solutions verticales.
Notre offre est ainsi intégrée à des produits existants, nouveaux, ou même à des offres anciennes, qui sont ainsi remises au gout du jour
. » Autre annonce : sortie de la version 5.5 en fin d’année 2011. Elle sera suivie courant 2012 d’une mouture 6.0, refondue plus profondément. Nuxeo espère également lancer une version « cloud », très prochainement.

Présent sur le marché depuis  2000, Nuxeo édite Nuxeo Enterprise Platform et réalisait un peu plus de 3 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2008 (chiffres non communiqués depuis).

Nuxeo et Alfresco sont les principaux éditeurs de solutions ECM open source en France. Nuxeo a développé une plateforme basée sur un assemblage d’environ 300 composants. L’assemblage de ces composants permet de concevoir des applications métiers complexes. L’orientation actuelle est au développement d’applications verticales. Nuxeo travaille avec des partenaires américains pour créer des applications dans différents domaines : pharmacie, construction… Nuxeo a développé une application de gestion documentaire basée sur la plate-forme et baptisée Nuxeo DM (Document Management). Elle associe les fonctionnalités de la ged (acquisition, classification, indexation, recherche, publication) et de la collaboration dans une approche unifiée et globale. Nuxeo propose également Newswave, système éditorial rich-content pour les agences de presse et les groupes de médias. Un de ses principaux clients est l'Agence France Presse (AFP).

Les éditeurs open source adoptent un des  trois modèles économiques suivants :

- Le modèle orienté support, comme Nuxeo, qui propose une offre de souscription Nuxeo Connect, comprenant un service support et des services d'accompagnement au développement et à l'exploitation, adaptés aux besoins des entreprises.

- Le modèle qui fait payer les fonctionnalités avancées, développées à partir de bouts de code utiles à l’entreprise,

- Le modèle qui fait payer la stabilité, comme Alfresco, dont la valeur ajoutée se situe sur le code et le test.

 

 

 

 

Powered by KB Crawl