Amérique
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
- Virginie Boillet

La plupart des bibliothèques américaines ont mis en place des systèmes d’emprunt d’ebooks, grâce à l’intermédiaire  OverDrive, dont le catalogue comprend 1 million d’ebooks, de livres audio, de musiques et de vidéos. Désormais 22 000 bibliothèques et écoles sont abonnées à ses services. La société a enregistré 192 millions d’utilisateurs l’an passé. C’est une augmentation de 93% par rapport à 2011. 70 millions de titres numériques ont été empruntés  l’an passé. C’est un record de trafic. Autre fait marquant : 47% des connexions se font depuis un appareil mobile.
Source : idboox via  goodereader

Tags : e-book
- Virginie Boillet

La lecture numérique n’a pas sonné le glas des bibliothèques, ou en tout cas, de celles de New-York. Selon un récent rapport du « Center for an Urban Future », 40,5 millions de personnes ont fréquenté la bibliothèque en 2012, un total de visites supérieur à celles des centres sportifs et des institutions culturelles additionnés. Le Rapport s’attarde sur la transformation du rôle de la bibliothèque, à l’heure du numérique. Alors que les New-Yorkais ne se sont jamais autant rendus dans les bibliothèques, les politiques sous-estiment ces dernières et elles font face à des menaces grandissantes.

Tendance
- Thibaut Stephan

Alors que les éditeurs traditionnels affichent leurs réticences au sujet des programmes de prêts de livres électroniques dans les bibliothèques, de nouveaux acteurs s’engouffrent dans la brèche. C’est le cas de Smashwords, un distributeur spécialisé dans les ouvrages autoédités et indépendants.

La Douglas County Library, bibliothèque américaine du Colorado, a annoncé l’acquisition de 10 000 titres numériques via un contrat avec Smashwords. Il s’agit d’un message fort adressé aux éditeurs : face aux pratiques tarifaires excessives et aux conditions d’utilisation restrictives, des alternatives existent pour répondre à la demande croissante du public en matière d'e-books.

Smashwords se distingue ainsi par un positionnement-prix raisonnable (4$ en moyenne) et laisse une grande liberté aux bibliothèques une fois le titre acheté, ces dernières s’engageant simplement à respecter les règles du copyright américain et donc à ne créer aucun dérivé à partir de l’œuvre originale.

Le ton est donné en ce début d’année. Il sera intéressant de suivre les réactions des éditeurs, ainsi que le comportement des bibliothèques susceptibles de prendre exemple sur la Douglas County Library. 

 

Source : Actualitté

Tendance
- Thibaut Stephan

Après Gartner, c’est au tour de Forrester de publier son rapport de prospective. « The Global Tech Market Outlook 2013 to 2014 » synthétise les projections des analystes en matière d’investissements IT ces deux prochaines années.

Tags : Big data, mobilité, IT
Tendance
- Thibaut Stephan

D’après le cabinet Gartner, les dépenses mondiales des entreprises en technologies de l’information pourraient atteindre 3,7 milliards de dollars en 2013, soit une croissance de 4,2% par rapport à 2012. Les analystes précisent que des calculs réalisés en dollar constant ramèneraient toutefois le taux de croissance à 3,9%.

Ces prévisions englobent l’ensemble des investissements en matière d’équipements informatiques, de logiciels, de services IT et en lien avec les télécommunications.

Le vice-président de Gartner Richard Gordon explique que les incertitudes des entreprises concernant le contexte économique, principal frein aux investissements IT, devraient être progressivement balayées au cours de l’année 2013.

Les segments « solutions d’entreprises » et « équipements » (PC, tablettes, smartphones, imprimantes) seront probablement les plus dynamiques, avec des taux de croissances respectifs évalués à 6,4% et 6,3%. Le premier nommé devrait notamment être tiré vers le haut par les problématiques de sécurité, de stockage et de gestion de la relation client.

 

Source : Gartner

Tags : Gartner, IT
Chiffres-clés
- Virginie Boillet

L’institut Ragan a publié un rapport sur la gestion du community management. Plus de 2700 professionnels américains (chargés de communication, webmarketers et autres responsables des relations publiques) ont été sondés sur le rôle des réseaux sociaux et leur gestion au sein de leurs organisations respectives.

5% des professionnels interrogés sont indépendants, 41% font partie d’une entreprise de moins de 100 salariés, 26% d’une organisation d’entre 100 et 1000 collaborateurs, et 28% travaillent au sein d’une entreprise de plus de 1000 personnes. On peut retenir que même les PME ne se privent pas de faire du community management. La gestion des réseaux sociaux est, le plus souvent, une partie seulement d’une fonction. Dans 40% des entreprises, une seule personne est dédiée au community management ; 42% des organisations concernées accueillent entre 2 et 3 salariés dédiés. 58% des entreprises postent du contenu au moins une fois par jour.
Seulement 31% des entreprises sont satisfaites et très satisfaites de leurs campagnes de social media. Parmi les indicateurs quantitatifs de mesure de la performance du community management, la progression du nombre de followers et autres fans est mesurée (86% des cas). Suivent l’évolution du trafic web (74%), la réputation de la marque (58%), et la satisfaction des clients (41%).
Les obstacles majeurs au community management cités sont le manque de temps (65%), de main d’œuvre qualifiée (63%), et les budgets trop faibles (41%). A noter qu’en 2013, 22% des sociétés pensent recruter un community manager.
Source : http://www.blogdumoderateur.com

 

Actu marché
- Thibaut Stephan

StoredIQ est l’éditeur américain d’une solution de gestion de données non structurées. Celle-ci permet l’automatisation de la découverte de l’information (sélection) ainsi que l’intégration des règles de conservation déterminées en fonction du cadre législatif (destruction). Les bénéfices pour les entreprises concernent principalement l’efficacité de la gestion de l’information et la réduction des coûts de stockage.

Ce rachat accentue le positionnement d’IBM sur les offres liées à la gouvernance de l’information et à la maîtrise du Big Data, enrichissant ainsi sa gamme « Information Lifecycle Governance ».

Le coût de l’opération n’a pas été dévoilé. Nous en saurons peut-être davantage début 2013, une fois cette acquisition effective.

 

Source : KM world

Catégories : Actu marché, Brève, ECM, Amérique
Tags : Big data, IBM
Tendance
- Thibaut Stephan

Le projet MesInfos a été créé par la Fing (Fondation Internet Nouvelle Génération) afin que les données personnelles détenues par les organisations soient restituées aux utilisateurs. Après une phase exploratoire en 2012, une expérimentation va être lancée en 2013, fédérant des entreprises et organismes publics, des consommateurs et des développeurs.

Il s’agit finalement de rééquilibrer les relations qu’entretiennent actuellement les entreprises et les consommateurs, à l’image du projet MiData au Royaume-Uni.  Ce dernier vise à permettre aux consommateurs de réutiliser leurs propres données générées par leurs contrats divers (électricité, banque), leurs transactions sur internet et autres programmes de fidélité, jusqu’alors inaccessibles. Cette initiative du gouvernement britannique se résume à l’acronyme TACT :

- Transparence : inventaire des données personnelles détenues par les entreprises ;

- Accès : développement d’outils en faveur de l’accès aux données par les consommateurs ;

- Contrôle : possibilité de modification des données par les consommateurs ;

- Transfert : possibilité de récupération et d’exploitation des données par les consommateurs.

Et le projet va même plus loin puisqu’il prévoit la définition par le client de conditions générales de réutilisations des données fournies. Une innovation qui permettrait aux particuliers de mieux contrôler la réutilisation de leurs informations personnelles. Dans le cadre de ce projet, le gouvernement britannique collabore avec des associations de consommateurs et des entreprises de tous horizons comme Mastercard, Google ou encore EDF Energy. Une consultation a été menée entre juillet et septembre 2012 dans le but de donner une ligne directrice au projet MiData.

Aux Etats-Unis, des initiatives sectorielles sont à noter, à l’image des projets Blue Button pour la santé et Green Button  pour l’énergie.

Reste à savoir si les entreprises vont accepter de redonner le « pouvoir » à leurs clients qui pourront alors mieux gérer leur budget, comparer leurs factures avec d’autres consommateurs ou encore chercher une offre mieux adaptée à leur consommation. Signalons à ce propos le projet Refact, qui analyse votre facture téléphonique puis en édite une nouvelle sous la forme d’une infographie vous donnant les véritables clés de votre consommation.

La phase d’expérimentation du projet MesInfos fédèrera une dizaine de grandes organisations (tous secteurs confondus), environ 300 consommateurs qui pourront accéder à leurs données personnelles ainsi que des développeurs chargés de concevoir de nouvelles applications à partir des données personnelles progressivement collectées par les différentes organisations.

Les enjeux de l’exploitation des données personnelles sont analysés dans notre dernière étude "Open Data en France : acteurs, projets et tendances".

 

Source : Internet actu

Tendance
- Thibaut Stephan

IDC publie une nouvelle étude sur l’évolution du document imprimé sur le plan international.

D’un point de vue global, on constate une baisse de 1% du nombre d’impressions entre 2010 (trois millions de milliards d’impressions) et 2011.

Si la diminution du recours au papier est donc plutôt faible, c’est que la réduction significative des impressions dans les pays développés (-5% entre 2010 et 2011) est compensée par la croissance enregistrée dans les pays émergents : +7,5% sur la période de référence.

Les différents marchés ne sont pas homogènes en matière d’équipements et de technologies, et le niveau de maturité sur les problématiques environnementales dites « Green IT »  diffèrent. Ainsi, dans la zone EMEA, les régions Afrique et Moyen-Orient affichent un taux de croissance des impressions de 5%.

Enfin, le TOP 3 de l’offre est composé de Xerox, Canon et surtout du leader HP qui représente 26% du volume d’impressions réalisées en 2011.

 

Source : Best practices

Tendance
- Thibaut Stephan

Après une période d’expérimentation lancée à la rentrée 2012, l’éditeur Penguin a annoncé que son catalogue serait accessible via la bibliothèque virtuelle 3M.

Penguin rejoint donc Random House, Wiley et HarperCollins sur le segment e-books destinés aux prêts en bibliothèques. Cependant, les conditions de l’opération suscitent moins d’enthousiasme. En effet, un embargo fixé à 6 mois retardera de façon significative la disponibilité des ouvrages et leur accessibilité sera limitée à un an, après quoi le titre ne sera plus disponible.

Des restrictions qui viennent creuser le fossé qui sépare les éditeurs du « Big 6 » (Hachette, Macmillan, HarperCollins, Simon & Schuster, Random House et Penguin) et les bibliothèques. Ces dernières ont dernièrement ouvert une page Facebook dénonçant les pratiques des éditeurs en matière de livres électroniques, notamment vis-à-vis des tarifs excessifs et des conditions d’utilisation trop strictes.

Source : Actualitté

Page 3 / 16 1 2 3 4 5 ... Fin
Powered by KB Crawl