Web
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Actu marché
- Thibaut Stephan

Pressindex, spécialiste de la veille absorbé par Kantar Media en juillet 2012, publie un état de l’art du marché de la veille et de l’information.

Les contenus issus de la presse en ligne et des blogs pèsent pour plus d’un quart (27%) des retombées délivrées par Kantar Media. On constate également la forte croissance des retombées issues des médias sociaux : +37% entre 2011 et 2012.

Du point de vue de la demande, il apparaît un vif intérêt pour une veille internationale, avec un pic en 2011 et une hausse de 60% des demandes de veille à l’international.

Ce panorama est également  l’occasion de dresser les trois facteurs-clés de succès d’une veille stratégique, à savoir l’association :

- Du traitement exhaustif et automatisé de grands volumes d’information ;

- D’une analyse en temps réel ;

- Et d’une intervention humaine afin d’assurer la bonne compréhension des enjeux.

 

Source : Pressindex

Actu législation
- Manon Vincent

Lundi, à Bruxelles, lors d’un discours au Sommet de la Propriété Intellectuelle et de l’Innovation, Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de l’Agenda numérique, a réaffirmé son souhait d’engager en Europe une réforme profonde du droit d’auteur. Rappelant que la dernière directive de la Commission européenne sur le droit d’auteur a été adoptée en 2001, Neelie Kroes a mis en exergue le fait qu’à l’époque les réseaux sociaux n’existaient quasiment pas tels qu’on les connaît actuellement et que ne se posait pas le problème des contenus mis en ligne sur des plateformes de partage comme Youtube ou Dailymotion. Prenant acte des transformations du Web et de la société en général, Neelie Kroes demande donc l’instauration d’un marché unique des droits d’auteur en Europe, afin que les plateformes en ligne n’aient plus à négocier les droits dans chacun des 27 pays de l’Union européenne. La vice-présidente souhaite également « des ‘réformes substantielles’, en donnant l’exemple des recherches scientifiques, dont elle semble vouloir généraliser la liberté d’exploitation des résultats », déclarant que l’ouverture des données médicales permettrait certainement de nombreux progrès.

Notons toutefois que le discours de la vice-présidente n’a pas rassuré tout le monde, Neelie Kroes ayant conclu son intervention en rappelant son soutien au commissaire Michel Barnier qui travaille à la réforme de la directive de 2001 sur les droits d’auteur et qui, rappelons-le, a voté pour l’ACTA, est favorable au filtrage du Net et s’est plutôt montré défavorable aux propositions de réformes sur le droit d’auteur.

Source : numerama.com.

- Manon Vincent

Selon une étude commandée par la Société Britannique des responsables de bibliothèques et soutenue par le Conseil des Arts d’Angleterre, les personnels des bibliothèques se placent tout de suite après les médecins dans la confiance du public, quant à la recherche d’information. Ainsi, les internautes jugent plus fiables les informations délivrées par les personnels de bibliothèque que n’importe quel support technique venant du Web ou d’un site d’information. Par ailleurs, 80% des personnes interrogées lors de l’étude affirment que les bibliothécaires leur ont permis de mieux comprendre les informations se trouvant sur la Toile et 70% d’entre eux affirment même avoir acquis une meilleure connaissance et une meilleure capacité à naviguer sur le Web. Cette étude met donc clairement en avant le rôle des personnels de bibliothèque qui, depuis l’automne 2010, date du lancement du projet d’aide à l’accès au numérique par le gouvernement britannique, aident quotidiennement les nouveaux utilisateurs, souvent peu confiants, à naviguer sur Internet. 2,5 millions de personnes ont ainsi été aidées depuis le lancement de cette initiative qui concerne pas moins de 3500 bibliothèques, hébergeant plus de 30 000 ordinateurs.

Pour lire l’étude dans son intégralité, cliquez-ici.

 

Source : Romain Solym, Actualitté.

Conférence
- Manon Vincent

L’European Data Forum (EDF ou « Forum européen de la donnée »), première édition du rendez-vous européen de la donnée, s’est tenu les 6 et 7 juin 2012 à Copenhague : l’occasion d’aborder, à un niveau européen, les problématiques qui secouent actuellement la Toile comme le traitement des Big Data et surtout l’émergence d’une économie de la donnée.

Conférence
- Manon Vincent

Jeudi 10 mai dernier, à l’initiative de la société Mondeca, s'est tenue à La Cantine, à Paris, la conférence « Données ouvertes : mode d’emploi ? ». Cette ambitieuse conférence sur la valorisation des données publiques s’est donnée pour but de faire le point sur l’open data en France et plus particulièrement sur l’engagement pris par l’Etat français avec la création d’Etalab et du portail dédié data.gouv.fr. De nombreuses problématiques ont été abordées, aussi bien les efforts technologiques mis en œuvre pour l’ouverture des données que les exigences de comportement que l’open data suppose. Romain Lacombe et Charles Ruelle d’Etalab ainsi que les représentants de Mondeca, Atos, eMakina et le Conseil général du Loir-et-Cher étaient présents. La conférence a ainsi montré que si le développement de l’open data répond à des exigences politiques (transparence, démocratisation de l’accès aux données…), il nécessite également la création de « briques » technologiques importantes, faisant appel à différents types d’expertise. Ces « briques » sont, en effet, indispensables pour « sémantiser » les données et faire émerger, peut-être, le Web de données, dit aussi Web 3.0.

- Manon Vincent

Selon un rapport du cabinet d’études Gartner, le « personal Cloud » (ou « nuage personnel ») s’apprête à éclipser le PC en devenant le centre de la vie numérique des consommateurs. L’apparition de nouveaux usages de consommation sur le Web en serait la principale raison.

Le « personal Cloud » peut être défini comme un espace de création et de stockage de ressources et comme un lieu de partage ouvert, un pôle d’échange entre les utilisateurs. Le développement croissant d’applications et de services en mode Cloud a considérablement modifié les usages des consommateurs sur le Web, qui ont désormais l’habitude de stocker, synchroniser et partager des contenus, comme le souligne Gartner. Ces nouveaux usages vont de pair avec l’augmentation des systèmes multi-plateformes (mobiles notamment). Or, cette évolution des usages contribue au déclin du PC en tant que système central.

Michael Gartenberg, directeur de recherche chez Gartner, rappelle que le personal Cloud n’est pas une offre fixe mais est le reflet des attentes des utilisateurs. Il englobe à la fois le stockage, la synchronisation et le partage de contenu. Le « personal Cloud » représente un enjeu de taille et c’est pourquoi, les géants du Web tels que Microsoft, Apple, Amazon et Google essaient de couvrir les multiples aspects que revêt ce marché. Quant aux acteurs plus modestes, ils essaient de se positionner en développant des solutions verticales ainsi que des solutions dédiées, comme le stockage numérique et les services de streaming. Gartenberg poursuit, en ajoutant que c’est aux consommateurs de définir leurs besoins en matière de Cloud, tout en considérant leurs usages en matière de communication, de collaboration et de consultation des médias. Car, pour l’instant, l’offre de « personal Cloud » semble bien souvent se résumer à une simple offre de stockage en ligne. Néanmoins, le développement de ce marché devrait permettre d'offrir au consommateur une plus grande mobilité (l’information sur les plates-formes pouvant être consultable n’importe où), des services de « personal cloud » qui répondent pleinement à ses besoins personnels et professionnels (à la fois dans un axe de création de contenu et de consommation de contenu) et une synchronisation transparente des données.

Source : Gartner.com

Powered by KB Crawl