Livre électronique
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Tendance
- Thibaut Stephan

La révolution de la lecture numérique dans les pays émergents ne sera pas identique à celle qui s’est déroulée dans les pays développés, mais diverses organisations tentent de démocratiser la lecture numérique sur le continent africain.

- Virginie Boillet

Le Centre National du Livre (CNL) et l’éditeur numérique publie.net, dirigé par l’écrivain François Bon, propose de mettre à disposition un pack de 50 créations contemporaines au format epub à 100 médiathèques, bibliothèques départementales de prêt, bibliothèques de comité d’entreprise ou d’établissements scolaires (secondaire ou supérieur), lieux institutionnels du livre (festivals, centres de ressources), qui s’engageraient au retour à une évaluation concrète des expériences de médiation faites avec et autour de ces ressources.

L’opération devrait commencer mi-février 2013. Les établissements intéressés peuvent s’inscrire jusqu’à fin avril 2013. « Ce n’est bien sûr pas la première expérience en ce sens, mais souvent ces expériences concernent plus le support que les œuvres même. Liseuses chargées de textes du domaine public sans vraie démarche éditoriale, ou best sellers sous licence et verrou. », explique François Bon, sur son site. Le pack d’epubs étant mis à disposition sans verrou ni protection, chaque auteur publie.net volontaire signera un avenant témoignant de son acceptation des risques inhérents à cette diffusion. En retour, les établissements devront intégrer cette ressource dans leur catalogue (mise à disposition métadonnées Marc/Unimarc). Les établissements volontaires sont invités à s’abonner à la lettre d’info, qui ou à envoyer un petit e-mail à info /@/ publie.net.
Pour voir les 50 titres provisoires  sélectionnés, rendez-vous sur http://publie-net.com/100-bibs-50-epubs/

Actu marché
- Thibaut Stephan

Une étude signée Digital Book World et Forrester souligne l’optimisme des éditeurs vis-à-vis de la transition numérique.

Tendance
- Thibaut Stephan

Alors que les éditeurs traditionnels affichent leurs réticences au sujet des programmes de prêts de livres électroniques dans les bibliothèques, de nouveaux acteurs s’engouffrent dans la brèche. C’est le cas de Smashwords, un distributeur spécialisé dans les ouvrages autoédités et indépendants.

La Douglas County Library, bibliothèque américaine du Colorado, a annoncé l’acquisition de 10 000 titres numériques via un contrat avec Smashwords. Il s’agit d’un message fort adressé aux éditeurs : face aux pratiques tarifaires excessives et aux conditions d’utilisation restrictives, des alternatives existent pour répondre à la demande croissante du public en matière d'e-books.

Smashwords se distingue ainsi par un positionnement-prix raisonnable (4$ en moyenne) et laisse une grande liberté aux bibliothèques une fois le titre acheté, ces dernières s’engageant simplement à respecter les règles du copyright américain et donc à ne créer aucun dérivé à partir de l’œuvre originale.

Le ton est donné en ce début d’année. Il sera intéressant de suivre les réactions des éditeurs, ainsi que le comportement des bibliothèques susceptibles de prendre exemple sur la Douglas County Library. 

 

Source : Actualitté

Tendance
- Thibaut Stephan

En matière de distribution, les acteurs du marché des livres électroniques souhaitent s’inspirer du modèle économique adopté par Spotify et Netflix, à savoir un abonnement mensuel donnant accès à une vaste gamme de produits.

Tendance
- Thibaut Stephan

Vincent Marty, directeur général de Dilicom (1), donne de nouvelles indications concernant le Projet Numérique en Bibliothèque, déjà évoqué à l’occasion des Assises du livre numérique, le 08 novembre 2012.

Le Projet Numérique en Bibliothèque avait alors été décrit comme un « prototype de hub mis en place pour l'accès au livre numérique en bibliothèque, avec un investissement de départ assuré par Dilicom, puis assumé par le même système que pour le livre papier ».

Le projet laissera deux possibilités aux utilisateurs : la lecture en streaming et le téléchargement (in situ et hors les murs). En matière de prêt, la durée d’emprunt sera plafonnée, probablement au moyen d’un DRM chrono-dégradable.

Dilicom jouera ainsi un rôle d’interface au sein d'un écosystème tripartite :

-       La bibliothèque,

-       Le libraire,

-       La Sofia (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’Ecrit), responsable de la gestion des droits.

Dilicom gérera donc les relations entre les différentes parties prenantes, agglomérant les offres définies par les éditeurs dans le Fichier Exhaustif du Livre (FEL), puis en fournissant cette base de données aux libraires « partenaires » chargés de présenter les offres aux bibliothèques. Dès lors, toutes les commandes passées par les bibliothèques seront centralisées par le Hub mis en place par Dilicom.

Le programme pilote devrait être lancé le 15 mars 2013. D’ici là, reste à déterminer le modèle économique de ce système. Il s’agit pour l’instant de la grande inconnue du Projet Numérique en Bibliothèque avec d’un côté des éditeurs qui ne souhaitent pas prendre trop de risques, et de l’autre, les attentes des bibliothèques qui semblent encore incertaines.

Il sera donc fort intéressant de découvrir les futures offres de ce projet, surtout compte tenu du fossé existant aujourd’hui entre les différents éditeurs. Citons par exemple les éditions Libel qui seraient prêtes à offrir gratuitement leurs livres numériques pour qu’ils soient accessibles en prêt, tandis qu'aux Etats-Unis, HarperCollins limite la durée de vie d’un e-book à 26 prêts avant d’imposer son achat par la bibliothèque, arguant que la durée de vie d’un livre papier (usure des pages) est également évaluée à 26 prêts.

Source : Actualitté

(1) : service interprofessionnel destiné depuis 1989 à faciliter le développement des Echanges de Données Informatisés (EDI) dans le secteur commercial du livre. Il est avant tout destiné aux distributeurs et aux libraires, et son capital est réparti entre ces derniers, ses principaux partenaires.

Actu marché
- Thibaut Stephan

Opinionway a publié la deuxième édition de son baromètre semestriel dédié aux usages du livre numérique, mandaté par le Syndicat national de l’édition SNE), la Société des Gens De Lettres (SGDL) et la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (Sofia).

Tendance
- Thibaut Stephan

Après une période d’expérimentation lancée à la rentrée 2012, l’éditeur Penguin a annoncé que son catalogue serait accessible via la bibliothèque virtuelle 3M.

Penguin rejoint donc Random House, Wiley et HarperCollins sur le segment e-books destinés aux prêts en bibliothèques. Cependant, les conditions de l’opération suscitent moins d’enthousiasme. En effet, un embargo fixé à 6 mois retardera de façon significative la disponibilité des ouvrages et leur accessibilité sera limitée à un an, après quoi le titre ne sera plus disponible.

Des restrictions qui viennent creuser le fossé qui sépare les éditeurs du « Big 6 » (Hachette, Macmillan, HarperCollins, Simon & Schuster, Random House et Penguin) et les bibliothèques. Ces dernières ont dernièrement ouvert une page Facebook dénonçant les pratiques des éditeurs en matière de livres électroniques, notamment vis-à-vis des tarifs excessifs et des conditions d’utilisation trop strictes.

Source : Actualitté

Actu marché
- Thibaut Stephan

Les éditeurs des quatre coins du monde se réunissent en ce moment à l’occasion du salon du livre de Francfort. L’occasion idéale pour dresser un état des lieux de la transition numérique sur le plan international.

Actu marché
- Thibaut Stephan

Aptara, spécialiste de la production de contenus et de l’édition numérique, a publié la nouvelle édition de son étude sur le livre électronique intitulée « Annual Ebook Survey of Publishers ». En voici les clés.

Page 1 / 9 1 2 3 4 5 ... Fin
Powered by KB Crawl