Dossier médical patient (DMP)
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Tendance
- Thibaut Stephan

Le think tank Institut Montaigne publie un rapport intitulé « Pour un New Deal numérique » pour placer le numérique au cœur de l’économie et comme la source majeure de croissance dans un contexte épineux.

- Elise Garet

La Cour des Comptes a dressé un rapport sur le bilan du Dossier Médical Personnel (DMP). Dans ce rapport (résumé ici), elle pointe du doigt non seulement le coût de l'opération qui reste flou, mais aussi l'absence de stratégie de l'Etat.

 

En effet, si au moins 210 millions d'euros ont été dépensés entre 2004 et 2011, la Cour des Comptes estime le coût réel du DMP à près d'un demi milliard d'euros. En revanche, le coût du recours aux sociétés de conseil et d'information est connu: les expérimentations et la mise en place du DMP auront coûté environ 70,9 millions d'euros depuis 2005 (détail des prestations ici).

 

Mais la Cour des Comptes épingle surtout le manque de stratégie: "Il est urgent que l’État définisse dans une concertation plus étroite avec tous les acteurs une stratégie d’ensemble pour intégrer le DMP dans une vision globale des systèmes d’information en santé, relève le rapport, de manière à assurer la cohérence et la convergence de dispositifs à certains égards foisonnants et à éviter une dérive des coûts à venir." Selon Laurent Fargues (acteurspublics.com), le pilotage du projet est remis en question ; l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip) n'a jamais conclu de contrats d'objectifs avec le Ministère de la Santé par exemple. Les expérimentations régionales n'ont souvent débouché sur rien de concret et la plupart des DMP établis ont été détruits. De plus, d'après Laurent Fargues, "l’assurance maladie a adopté en 2011 une norme technique d’interopérabilité pour les téléservices de santé différente de celle du DMP…"

Le chantier du DMP semble donc loin d'être terminé.

 

Source: acteurspublics.com

Retour d'expérience
- Louise Guerre

Domaine concerné : Archivage, Dématérialisation. Nom de l’organisme : Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nantes. il est un des 10 premiers CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de France, qui compte environ 3000 lits et plus de 100 000 hospitalisations par an, à s’être engagé dans un vaste plan « hôpital numérique 2020 » avec un nouvel hôpital qui devrait ouvrir en 2020/2025 sur l’île de Nantes. Environ 5 Millions de dossiers patients recoupant des situations diverses : dossiers par spécialité, dossiers par année de création, dossiers fusionnés, dossiers regroupés, dossiers spécifiques pour les hors format (radiographies, …). Dans un hôpital, de manière générale, 80% du stock central d’archives est constitué par les dossiers patients. Problématique : Augmentation des volumes de demandes au service archive, espaces de stockage des dossiers patient arrivant à saturation et performance en baisse du secrétariat médical qui doit traiter de plus en plus de dossiers patients sans pouvoir recruter.

- Manon Vincent

Le cabinet Bensoussan nous informe que la Cnil vient d’autoriser le lancement du Dossier Médical Personnel (DMP).

La Cnil a annoncé, par un communiqué de presse du 14 décembre 2010 (1), qu’elle autorisait les applications informatiques nécessaires à la première phase de généralisation du Dossier Médical Personnel (DMP). Destiné à permettre le regroupement et le partage entre professionnels et établissements de santé des informations jugées utiles à la coordination des soins, il devrait être progressivement déployé sur l'ensemble de la France sous la responsabilité de l'Agence des Systèmes d'Information Partagés de Santé (ASIP Santé).

 

(1) Cnil, communiqué du 14-12-2010.

 

Source : Lettre Juristendance Informatique et Libertés, n° 37, Janvier –Février 2011.

http://www.alain-bensoussan.com/avocats/juristendance-informatique-libertes-janvier-fevrier-2011/2011/01/18

 

Powered by KB Crawl