Les Big Data au détriment de l'anonymat
Patrick Tucker, rédacteur en chef adjoint du magazine The Futurist, explique dans la revue scientifique du MIT Technologie Review que l’anonymat devient une impossibilité mathématique.

En reprenant la directive européenne de 1995 sur la vie privée, il met l’accent sur l’évolution de la notion de donnée personnelle. Selon Patrick Tucker l’anonymat est « algorithmiquement impossible » puisqu’il avance qu’un travailleur américain produit cinq milles mégaoctets de données par jour. Une quantité de données créée qui sont autant d’informations personnelles exploitables et  qui redéfinissent la notion d’anonymat.
De plus, les enjeux commerciaux sont considérables pour les entreprises qui arrivent à croiser les données numériques personnelles et les données « du monde réel ». Par exemple, Facebook a annoncé un accord avec Acxiom, société qui élabore des profils d'internautes fonction des données collectées, pour fusionner leurs données, reliant les activités du monde réel à celles du web. Des données neutres et impersonnelles en apparence, souvent doublées d’une promesse d’anonymat parfois toute relative et qui pourraient, selon les chercheurs, Adam Sadilek et John Krumm, prédire l’avenir. En exploitant des données GPS, ils ont montré qu’ils pouvaient prédire la position d’une personne à 80 semaines, avec une précision de plus de 80 %.

Source : rslnmag.fr