Benchmarking des plateformes de veille : bien choisir son outil (2010)

Objectifs de l'étude :

- Connaître les avantages et les limites des outils gratuits, 

- Présenter et comparer les plateformes payantes,

- Evaluer les coûts et calculer le retour sur investissement,

- Proposer une méthode de sélection d'une plateforme de veille

- Déterminer les facteurs clés de succès dans leur mise en place.

 

 

Faire de la veille, c’est collecter de l’information pertinente et vérifiée, l’analyser et la diffuser au bon moment et à la bonne personne. Aujourd'hui, toutes les organisations, privées comme publiques, ont compris l'importance de l'information décisionnelle à travers la veille concurrentielle, technologique, d’e reputation... Le monde évolue de plus en plus rapidement. La concurrence qui s’est internationalisée est beaucoup plus vive. Les veilleurs doivent aujourd’hui être plus réactifs, fournir très rapidement une information pertinente sur les évolutions inhérentes à tous les domaines (juridiques, sociétales, technologiques…), sur les stratégies des concurrents et les tendances de demain, l’objectif étant d’innover en permanence pour rester compétitif. Le besoin d’anticipation et d’analyse est aujourd’hui beaucoup plus fort. La veille est devenue un outil d’aide à la décision de plus en plus utilisé.

La problématique pour les veilleurs n'est plus seulement de trouver l’information mais surtout de l’analyser et la mettre en perspective. Les outils deviennent le seul moyen de gagner du temps en se focalisant sur l’analyse humaine de l’information. Comme l’écrit Bernard Guillot, Président de la Commission Information pour l'Entreprise de l'3AF [1], dans son avant-propos de l’étude : « Comment faire face à la collecte lorsque l’on croule sous une véritable avalanche d’informations, de sources autant diverses que variées ? Comment apporter de la valeur ajoutée à la bonne information lorsque l’on est obligé de s’activer à mettre des données éparpillées en perspective ? Comment faire, enfin, pour que la bonne information parvienne à la bonne personne, au bon moment, pour une bonne prise en compte ? »

 

Cette étude a pour ambition de permettre une compréhension fine des apports de 14 solutions de veille, de donner une méthodologie de sélection et des conseils d’implémentation.

  

L’auteur, Jérôme Bondu, est parti du postulat qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais outils par défaut. Il y a simplement des outils qui sont bien (ou mal) adaptés à une problématique. Cette ligne de conduite lui a permis de faire une comparaison précise de 14 plateformes de veille, en partant de différentes problématiques et en analysant les fonctionnalités disponibles sur les plateformes.

 

Une première partie présente les outils gratuits et semi-gratuits (à moins de 150 euros). S’ils rendent des services tout à fait appréciables, ils ont des inconvénients qu’il faut savoir mesurer. Un de ces inconvénients, et non des moindres, est le temps qu’ils prennent à être paramétrés. Or, « le temps c’est de l’argent ». A partir d’une certaine taille de structure, il devient intéressant (même financièrement) de se tourner vers des solutions professionnelles payantes. Cette « taille » ne dépend pas que du nombre de collaborateurs, mais aussi de l’agressivité concurrentielle, de la vitesse de propagation des informations et de la sensibilité du management à la gestion des informations.

 

La seconde partie est consacrée à la présentation complète des plateformes de veille payantes.
On trouvera pour chaque éditeur : une rapide présentation historique de la société, une présentation des problématiques-client auxquelles la plateforme répond, une présentation des fonctionnalités, les axes de veille (veille concurrentielle, technologique…) et les secteurs (banque-assurances, industrie…)  sur lesquels le logiciel est positionné, une estimation du coût. Un tableau des 130 critères de différenciation des plateformes complète chaque fiche. Cette étude comporte également un ou deux retours d’expérience d’utilisateur par éditeur.

 

Une troisième partie présente une méthode pour choisir une plateforme de veille professionnelle.

Enfin, une dernière partie est consacrée aux facteurs clés de succès dans la mise en place d’un projet et d’un outil de veille.

 

 

Périmètre de l’étude : On définit l’activité de veille comme étant composée des actions de : collecte d’informations, analyse ou traitement, publication et capitalisation des informations. Ce sont donc quatre fonctionnalités indispensables à toute plateforme de veille.

Les 14 solutions payantes de veille benchmarkées sont :

AMI Software, Arisem, Digimind, Iscope, Ixxo, KB Crawl, Knowings, Lexis Nexis Analytics, Lingway, Neotia, Qwam, SindUp, Spotter, Trendy Buzz.

 

 

Cette étude est illustrée de très nombreux graphes :

- Graphe historique,

- Graphe comparatif de chiffre d’affaires des éditeurs,

- Graphe comparatif du nombre de clients dispatchés en PME/grands comptes (voir « graphique 1 » en exemple),

- Schéma en radar, qui présente la vision par l’éditeur de ses points forts (voir « graphique 2 » en exemple),

- Graphe sur la répartition des ressources humaines de l’éditeur (R&D, analystes, commerciaux…),

- Graphe des coûts (en mode SaaS et en licence).



[1] Association Aéronautique Astronautique de France

Tarifs :
  • Etude : à partir de 790,00 €
Powered by KB Crawl