RSE / Collaboratif
Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
- Virginie Boillet

Une procédure de marché public doit être entreprise désormais à partir de 15 000 euros, et non plus de 4000 euros. Ainsi en a décidé une commission de l'Assemblée nationale le mercredi 5 octobre 2011, dans le cadre d'un projet de loi de simplification du droit.

Le texte, adopté en commission mercredi, sera examiné en séance publique le 11 octobre 2011. Ce seuil avait été remonté à 20.000 euros par décret en 2008 mais la mesure a été annulée par le Conseil d’Etat.

 

- Thibaut Stephan

blueKiwi, réseau social d’entreprise distribué en mode SaaS, lance la version 10.6 de sa solution.

Cette nouvelle mouture apporte bien entendu son lot de nouveautés. blueKiwi approfondit donc son idée de proposer une alternative à la traditionnelle boîte e-mail tout en dynamisant les échanges, dans une logique d’efficacité.

Parmi les améliorations annoncées par l’éditeur, on remarque que blueKiwi s’est inspiré directement des réseaux sociaux grands publics, notamment via la création de « flux d’informations personnalisés », permettant à l’utilisateur de choisir les personnes et les espaces auxquels ils souhaitent s’abonner.

L’interface de Facebook - le  mur - est également récupérée et utilisée comme page d’accueil, donnant à l’utilisateur un accès direct aux derniers échanges, contributions et autres activités dans lesquelles il est impliqué.

Enfin, le proporiétaire d’un profil est libre de diffuser ses informations en libre accès par l’intermédiaire d’un système de réseau ouvert.

Cette mise à jour, disponible à partir du 3 octobre 2011, disposera en outre d’applications mobiles embarquées sur iPhone, iPad et Blackberry.

- Virginie Boillet

Créé en 2002, Socialtext, éditeur américain (basé à Palo Alto, en Californie), d’une plateforme de réseau social d’entreprise (RSE), vient d’annoncer la sortie de Socialtext 5.0, qui propose des fonctionnalités supplémentaires pour créer, partager et gérer les contenus et améliorer les pratiques collaboratives au sein de l’entreprise.

Autre nouveauté imminente : le SocialRadar, un moteur de recommandation de personnes, qui permet aux utilisateurs de créer des profils enrichis de leurs expériences, centres d’intérêts… et qui permet d’identifier les personnes les plus pertinentes avec qui entrer en relation pour résoudre un problème en temps réel, l’objectif étant de rendre plus performante la collaboration.

Le positionnement déclaré de SocialText est de supprimer les frontières entre connaissance, expertise, idées et données, en éliminant les silos d’informations dans l’entreprise. SocialText permet le partage d’informations vitales et d’augmenter en conséquence la productivité au travail. Le RSE comprend des outils de micro-blogging, de blog, de wikis, de tableurs à partager. Il est proposé aussi bien en cloud qu’en licence serveur. SocialText compte 6500 clients dans le monde. Basé sur une architecture orientée web, il peut s’intégrer facilement à des applications tierces, telles que CRM ou ERP.

Le RSE est aussi un outil intéressant pour partager les informations issues des fruits de sa veille. Des connecteurs entre logiciels de veille  et RSE seraient intéressants à développer afin de combiner veille et expertise. A l’heure actuelle, les capacités en termes d’intelligence collective sont encore assez limitées dans les logiciels de veille. Selon l’étude serdaLAB/Interligere, les solutions de veille offrant le plus de capacités collaboratives sont Knowings, qui vient de la gestion des connaissances, SindUp, une des solutions avec KB Crawl les plus accessibles aux PME, d’un point de vue qualité-prix et Qwam Content system, surtout implanté dans les secteurs santé-pharmaceutique et énergie.

 

- Virginie Boillet

Après plusieurs années de partenariat, l’Apil (Association des Industries de la Langue) et l’Aproged (Association des Professionnels pour l'Economie Numérique) s’associent pour créer l’Aproged 2, l'association de la valorisation des contenus numériques.

Tendance
- Thibaut Stephan

Difficile de contredire telle assertion : les médias sociaux sont désormais au cœur de la relation client.

Et à tout seigneur, tout honneur : c’est au « social strategist » que revient la lourde et non moins essentielle tâche de développer les interactions en ligne entre l’entreprise et ses clients.

Son portrait-robot :

Il s’agit  majoritairement d’un homme, titulaire d’une licence en marketing/communication enrichie par une dizaine d’années d’expérience professionnelle. Audacieux, polyvalent, visionnaire et fédérateur, son parcours professionnel est ancré dans les domaines des médias sociaux et de la relation –client.

Les futurs enjeux du « social strategist » seront de convertir les médias sociaux en une source directe de profits, d’en diversifier les recours et de parvenir à en mesurer le ROI. En interne, il devra en outre vulgariser les médias sociaux auprès des collaborateurs, et structurer davantage le service dont ilest responsable.

Enfin le succès de sa mission réside principalement dans sa capacité à intégrer les nouvelles technologies pour favoriser l’intensification de la relation-client, et dans l’efficacité des  médias sociaux sur les leviers cognitif, affectif et conatif en faveur de l’entreprise.

Pour conclure, le « social strategist » est en charge de défninir la stratégie que le « community manager » activera sur le plan opérationnel.

Powered by KB Crawl