ECM
Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Tendance
- Thibaut Stephan

La recherche d’informations en entreprise se complexifie. En effet, les volumes de données traitées par les organisations gonflent de façon significative et le traitement des données non structurées devient un enjeu majeur.

Il s’agit donc de la finalité de l’Accès Unifié à l’Information (ou UIA pour Unified Information Access),  présenté comme le successeur du « Search », et qui vise à améliorer l’efficacité, la pertinence et la catégorisation de l’information lors des requêtes émises au sein d’une organisation.

S’appuyant sur les projets menés jusqu’ici, l’éditeur Sinequa distingue trois types de ROI des projets d’Accès Unifié à l’Information :

- le ROI « Dune de sable » : les gains de temps obtenus grâce à une recherche plus efficace de la part de l’ensemble des collaborateurs conduisent à un retour sur investissement significatif. Une fois accumulés, ces grains de sable qui symbolisent le temps gagné par chaque employé forment une dune de sable chaque année ;

- Le ROI  « Pépite d’or »: désigne la recherche à haute valeur ajoutée, comme la détection d’un expert en interne, ou de bonnes pratiques sur un projet stratégique à mener. D’après Sinequa, « une seule recherche fructueuse peut sauver des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers d’euros. »

- « Au-delà du ROI » : L’accès à l’information unifiée peut devenir un avantage concurrentiel. Par exemple, l’identification d’experts en interne ne se base pas uniquement sur le déclaratif (comme cela peut être le cas dans les réseaux sociaux d’entreprise) mais également sur  tous les documents contenus dans le système d’informations de l’organisation (e-mail, rapports, etc.). Or, identifier rapidement des experts peut garantir une meilleure réactivité pour des réponses à des appels d’offres et une plus grande efficacité lors de la conduite de projets.

Enfin, l’Accès Unifié à l’Information a également un impact sur la satisfaction client en délivrant des informations pertinentes dans un temps de réponse écourté aux clients de l’entreprise. Or, la satisfaction client doit également être intégrée dans le calcul du ROI d’un projet.

 

Source : Sinequa

 

 

Tendance
- Thibaut Stephan

L’informatique contextualisé désigne l’analyse intelligente du comportement d’un individu en ligne. Cette approche permet de délivrer du contenu ciblé et a donc un impact significatif sur le modèle traditionnel de recherche du consommateur. Progressivement, cette tendance se propage désormais à la recherche en entreprise.

Tendance
- Thibaut Stephan

Le cabinet Gartner dévoile sont TOP 10 des tendances stratégiques pour les organisations en 2013, c’est-à-dire les technologies dont le potentiel est susceptible d’avoir un impact significatif sur l’activité d’une entreprise dans les trois prochaines années.

Tendance
- Thibaut Stephan

Le cabinet Gartner publie un rapport sur le marché de l’Enterprise Content Management, qui désigne l’ensemble d’applications permettant la gestion du cycle de vie du document, que ce soit de façon interopérable ou indépendante.

Catégories : Tendance, Actu marché, Analyse, ECM
Tags : ECM
Actu marché
- Thibaut Stephan

Pierre Audouin Consultants publie son TOP 50 des prestataires de services IT.

L'étude « PAC France - ITS Services Market view » s’intéresse au marché français, au sein duquel les acteurs locaux sont bien représentés (5 entreprises françaises dans le top 10).

Du côté des prestataires internationaux, outre les géants IBM et HP, des entreprises comme Accenture et CSC se sont hissées parmi les leaders du marché grâce à leur positionnement « conseil » et à la qualité de la relation qu’elles parviennent à instaurer avec leurs clients.

La structure de l’offre reste globalement inchangée. On notera tout de même l’apparition de sociétés indiennes, qui souffrent malgré tout d’un manque de notoriété et d’un déficit de confiance, ainsi que des entreprises européennes qui basent leur développement sur la croissance externe (Ausy, Econocom).

Enfin, signalons que les 30 premiers acteurs concentrent environ 60% du marché, ce qui donne une bonne indication sur la richesse de l’offre et la diversité des acteurs en présence.

 

 

Source : Pierre Audouin Consultants

 

Tags : IT
Tendance
- Thibaut Stephan

Le Big Data index désigne le baromètre réalisé par EMC et IDC visant à évaluer le niveau de maturité des entreprises françaises au sujet du Big Data, technologie permettant d'accélérer la prise de décision et donc d'améliorer l'efficacité des entreprises.

Tags : Big data
Actu produit
- Virginie Boillet

Le premier éditeur d’ECM en open source, Alfresco vient de sortir sa nouvelle plateforme en cloud, baptisée Alfresco One, qui permet la synchronisation de contenu d’entreprise, y compris à l’extérieur de l’entreprise, tout en garantissant les conditions de sécurité des données. Cette solution va permettre de gérer le cycle de vie des contenus au-delà des frontières de l’entreprise : via un extranet, sur mobile…

Jusqu’ici, les collaborateurs devaient accéder à des systèmes internes indépendants ou recourir à des services cloud en mode déconnecté pour collaborer à l'extérieur de l’entreprise. Alfresco One est aujourd’hui la seule solution capable d’établir une connexion sécurisée entre ressources humaines, contenus, systèmes et processus de part et d'autre du pare-feu, permettant d’accéder à tout le contenu, même confidentiel, et constituant un authentique extranet sécurisé collaboratif.

L’abonnement à Alfresco One inclut :
•Alfresco Enterprise – Très complète, évolutive, performante et riche en fonctionnalités, cette plateforme ECM est destinée à administrer le contenu censé ne jamais quitter l’entreprise. De la gestion documentaire simple à la gestion rigoureuse d’archives, Alfresco s’intègre à tous les systèmes d’entreprise.
•Alfresco Enterprise Cloud Network – Ce service cloud en mode SaaS, sécurisé et contrôlé par l’entreprise, permet de convier, en dehors de l’entreprise, des collaborateurs sur un site cloud pour poursuivre la collaboration et utiliser des fonctionnalités de partage, comme le contrôle de l’accès aux documents.
•Alfresco Enterprise Sync – Technologie unique en son genre qui permet de sélectionner des documents et dossiers dans Alfresco Enterprise et de les synchroniser avec Alfresco in the cloud. Grâce à cette nouvelle fonctionnalité, l’utilisateur n’a plus à se rappeler l’endroit où un document a été mis à jour pour la dernière fois – au bureau ou dans le cloud. Avec Alfresco Enterprise Sync, tous les fichiers sont synchronisés, tous emplacements confondus ; Alfresco est actuellement la seule plateforme ECM au monde à offrir une synchronisation transparente avec le cloud.
•Alfresco Desktop Sync (bêta) – Nouvelle fonctionnalité permettant d'opérer une synchronisation entre les fichiers enregistrés sur le poste de travail, le cloud et la solution sur site. Elle sera disponible en novembre pour un nombre illimité de déploiements.
•Alfresco Mobile – Applications iOS natives ménageant un accès sécurisé aux employés sur le terminal de leur choix. Les utilisateurs ont désormais la possibilité de travailler via un navigateur web, sur tablette ou smartphone, les responsables informatiques conservant le contrôle sur le contenu.
•Cryptage et sécurité renforcés – Le contenu auquel les utilisateurs ont accès depuis leur tablette ou smartphone est crypté dans le cloud, réduisant les risques en cas de perte ou de vol du terminal.

 

Alfresco a identifié, qu’avec la mobilité accrue des travailleurs, la synchronisation des données devenait une problématique clée pour les entreprises, qui devaient faire face à une organisation des données souvent chaotique. La nouvelle solution de synchronisation Alfresco permet de collaborer librement, en amont comme en aval du pare-feu, depuis n’importe quel équipement. Mieux : les responsables informatiques peuvent reprendre le contrôle du contenu et de sa gestion, ce que ne permettent pas les autres solutions ECM sur site ou dans le cloud.

« Le phénomène de consumérisation de l’entreprise a donné lieu à des solutions axées sur les impératifs des consommateurs, et non sur ceux de l’entreprise. Malheureusement, cette tendance a engendré un certain chaos dans les contenus et les entreprises attendent aujourd’hui une alternative adaptée à leurs nouvelles attentes », précise John Powell, CEO d’Alfresco.

 

Catégories : Actu produit, ECM
Actu produit
- Elise Garet

Face au succès grandissant du cloud computing, la CNIL a lancé une consultation publique entre octobre et décembre 2011. Elle a publié les résultats le 25 juin dernier, soit une analyse du cadre juridique applicable en matière de Cloud et des recommandations pratiques à destination des entreprises, et plus particulièrement des PME qui souhaiteraient adopter le cloud computing.

La CNIL définit le cloud computing comme le " report vers le "nuage internet" de données et d’applications qui auparavant étaient situées sur les serveurs et ordinateurs des sociétés." Elle précise que le modèle économique associé s’apparente à "la location de ressources informatiques avec une facturation en fonction de la consommation."

L'offre en matière de cloud computing se décline sous trois types :
-  l'hébergement d’infrastructure (Infrastructure as a Service, IaaS)
-  la fourniture de plateformes de développement (Platform as a Service, PaaS)
-  des logiciels en ligne (Software as a Service, SaaS)

Si le cloud offre de nombreux avantages, comme la mutualisation des coûts d'hébergements et d'opérations, il soulève aussi de nombreuses difficultés, notamment juridiques. Il faut clarifier les responsabilités afférant au cloud computing du fait du caractère délicat des questions de sécurité, de qualification du prestataire, de loi applicable et de transfert des données. La CNIL soulève le problème du manque de transparence de la part des prestataires quant aux mesures techniques et organisationnelles mises en œuvre permettant de garantir la sécurité et la confidentialité des données traitées pour les compte des clients.

Dans la synthèse des réponses, la CNIL définit le contexte et ce qu’est le cloud computing. Elle qualifie ensuite client et prestataire et détermine la loi applicable. Elle publie une liste de sept recommandations :

  1. Identifier clairement les données et les traitements qui passeront dans le Cloud
  2. Définir ses propres exigences de sécurité technique et juridique
  3. Conduire une analyse de risques afin d’identifier les mesures de sécurité essentielles pour l’entreprise
  4. Identifier le type de Cloud pertinent pour le traitement envisagé
  5. Choisir un prestataire présentant des garanties suffisantes
  6. Revoir la politique de sécurité interne
  7. Surveiller les évolutions dans le temps

La CNIL dresse aussi une liste des éléments essentiels devant figurer dans un contrat de prestation de services de cloud computing, concernant des informations relatives aux traitements, des garanties mises en œuvre par le prestataire, des formalités auprès de la CNIL, des éléments concernant la sécurité et la confidentialité. Elle propose en outre des modèles de clauses contractuelles.

Source: CNIL

Catégories : Actu produit, Brève, ECM, France
Tags : CNIL, ECM
Actu produit
- Elise Garet

Nuxeo, l’éditeur de logiciels et de solutions d'ECM, fait évoluer sa plateforme documentaire pour la rendre plus collaborative. Plusieurs nouvelles fonctionnalités sont ajoutées comme la possibilité de commenter les informations affichées et de voter, ou d’utiliser la fonction « like », à la façon des réseaux sociaux. Les documents les mieux notés seront mis en avant et plus facilement retrouvables.

Un moteur de workflow interne a été ajouté, la plus importante évolution de la plateforme. Ce moteur inclue un éditeur graphique et une visionneuse de documents de travail, intégrés à Nuxeo Studio, ainsi que des outils de gestion. Il sera toujours possible d’utiliser le moteur actuel, jBPM, mais via un plugin.
Une version mobile a été développée, basée sur HTML et JQuery Mobile, rendant la plateforme accessible depuis n’importe quel appareil mobile.

Nuxeo 5.6 inclue aussi un système qui permet la génération de documents à partir de données existantes dans le référentiel, basé sur des modèles de documents. Ce système prend en charge les formats Word, Excel ou encore Open Office.

Pour plus d'informations, ici (en anglais).
A noter: un webinar en français est organisé le 17 juillet prochain pour présenter la nouvelle plateforme. Inscriptions, ici.

Source: Collaboratif-Info

Actu produit
- Elise Garet

Cette nouvelle plateforme mobile se différencie des autres par l'intégration de l'analyse de données et la gestion du big data, ajouts qui donnent un coup de fouet à une plateforme collaborative classique. Content Navigator donne accès à des documents, des archives, des images et tout autres contenus, tout en étant en déplacement. Construit sur la base de standards comme HTML5 et CMIS, l'expérience est assurée d'être la même, quelle que soit l'appareil mobile, le système d'exploitation utilisé ou la source de contenu à laquelle on souhaite accéder.

La personnalisation est simple: les utilisateurs peuvent créer des espaces collaboratifs et de partage de documents, et ce avec un support minimal des services informatiques. Chacun peut donc adpater la plateforme et la personnaliser selon ses besoins.
L'analyse de contenu fait partie intégrante de l'expérience, avec l'intégration d'Enterprise Search v3.0 et Content navigator sur une même plateforme. Les contenus sont donc facilement localisables et il est possible d'utiiser notamment la recherche sémantique et l'analyse de sentiment pour donner de meilleurs résultats et produire de bon aperçus des contenus.

Source: CMS Wire

Tags : IBM, CMS
Page 3 / 13 1 2 3 4 5 ... Fin
Powered by KB Crawl