Documentation et gouvernance
Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Conférence
- Elise Garet

Animée par Denis Berthault (Lexis Nexis), animateur du groupe de travail sur les données publiques au GFII, cette conférence a apporté les témoignages de quatre acteurs de l'open data. Pierre-Paul Pénillard, chef du projet opendata71, témoigne du lancement de la plateforme du Conseil Général de Saône-et-Loire. Thomas Saint-Aubin, enseignant chercheur à l'Université Paris Panthéon-Sorbonne, revient sur l'expérience des Ministères, puis Thierry Aouizerate apporte celle de l'INSEE. Enfin Guy Lambot, avocat, donne un éclairage sur la révision de la directive PSI.

Conférence
- Manon Vincent

Alors que les programmes d’acquisition nationaux, ou « licences nationales », prennent une place grandissante dans le paysage de l’information scientifique et technique, cet atelier du GFII a tenté, à travers les expériences française et allemande, d’aborder les différentes problématiques de ces projets et de préciser à la fois les spécificités de chaque programme et leurs points de convergence, afin de comprendre ce que pourrait être, à terme, l’impact de ces programmes sur l’accès à l’Information Scientifique et Technique (IST) de demain. Thomas Parisot, responsable commercial et marketing de Cairn, animait le débat.

- Manon Vincent

Énoncé pour la première fois en 1994, le concept de « Web sémantique » n’est pas nouveau, mais tend depuis quelque temps à devenir une réalité. L’apparition de nouveaux phénomènes sur le Web (Big Data, Open Data, etc.), a permis le fort développement qu’on lui connaît actuellement.

Avis d'expert
- Thibaut Stephan

«Le records management est la pierre angulaire de la gouvernance ”, selon Galina Datskovsky, vice-présidente du département Gouvernance chez Autonomy.

Avis d'expert
- Thibaut Stephan

Jesse Wilkins, Directeur de la R&D au sein d’AIIM International, évoque les problématiques liées à la politique des organisations.

Chiffres-clés
- Virginie Boillet

89 milliards d’emails professionnels sont échangés chaque jour dans le monde.

Selon une nouvelle étude du Radicati Group, intitulée « Email statistics Report, 2012-2016 », le nombre de comptes d’email devrait progresser de 3,3 milliards en 2012 à 4,3 milliards fin 2016, au niveau mondial. Le nombre d’emails professionnels échangés en 2012 dans le monde est de 89 milliards par jour. Et devrait augmenter de 13% par an dans les quatre prochaines années. Les spams représentent en moyenne 15% des emails reçus (chiffre un peu optimiste !). Pourtant les medias sociaux et la messagerie instantanée prennent de l’ampleur : le nombre de comptes actifs de réseaux sociaux dans le monde devrait passer de 2,7 milliards en 2012 à 4,3 milliards en 2016, année où l’utilisation de l’email et des réseaux sociaux arriveraient à égalité.

Conférence
- Virginie Boillet

On entend parler de « Big Data » depuis quelques mois. Est-ce une vrai tendance de fond ou encore un de ces mots buzz marketing ? Le premier congrès consacré au Big Data à Paris les 20 et 21 mars 2012 nous a permis de répondre à cette question.

Tags : Big data
Tendance
- Thibaut Stephan

Antidot publie un livre blanc sur le Linked Enterprise Data (LED), une nouvelle approche permettant la réutilisation de données et de documents dispersés. Le LED aide ainsi les utilisateurs à lutter contre l’effet de silo existant dans l’entreprise en reliant les données entre elles.

La construction du système d’information des entreprises s’est basée sur l’accumulation d’applications favorisant petit à petit la création de barrières. La problématique actuelle est de décloisonner le stockage des différents contenus avec des objectifs en termes d’efficacité et d’agilité pour faire de l'information une clé d'aide à la décision au profit des utilisateurs. Selon Gartner, les organisations bénéficiant d’une infrastructure de gestion de l’information performante pourrait avoir une rentabilité financière supérieure de l’ordre de 20%.

Le Linked Entreprise Data  s’appuie sur la création d’un espace d’information unifié nourri par l’ensemble des applications qui le composent et donc par l’ensemble des sources de l’entreprise.

Plus d’informations ici

Source : Antidot

- Manon Vincent

La Commission Européenne a publié le 14 mars dernier les résultats du sondage en ligne qu’elle a lancé à l’été 2011. Les résultats de l’étude montrent que, pour 84% des participants, l’accès aux publications scientifiques reste problématique, notamment en raison des prix en inadéquation avec les budgets des bibliothèques. Pour 90% des sondés, il est souhaitable que les recherches issues de fonds publics soient en open access (OA) sur internet. Autre apport intéressant : 85% des enquêtés soutiennent l’idée de développer un réseau européen de « dépôts » qui servirait au stockage des données scientifiques.

Livres blancs/baromètres
- Virginie Boillet

Le deuxième livre blanc serdaLAB sur "La gouvernance documentaire dans les organisations françaises" vient de paraître, à l'occasion de Documation 2012. L’enjeu majeur et dominant pour la gouvernance documentaire est l’organisation de l’accès et du partage de l’information (80% des répondants), quelle que soit la taille des organisations.

La gouvernance documentaire doit, en effet, exister pour faire face aux problématiques majeures exprimées par les utilisateurs sondés : l’éparpillement des sources d’informations (Internet, Ged, CRM, RSE, données publiques…), éparpillement des services gérant l’information (DSI, service infodoc, communication, marketing, direction générale…) et le volume croissant d’informations à traiter. Comme le souligne Caroline Buscal, Manager du département maîtrise de Serda, lors de la conférence Documation 2012 sur la gouvernance documentaire, « ces problématiques sont le miroir d’un réel besoin de convergence entre les services gérant l’information : service de veille, service archives, atelier de numérisation… La gouvernance peut avoir un rôle-clé dans la convergence des fonctions. »

En 2012, seulement 12% des organisations interrogées ont mis en place une politique de gouvernance documentaire, 38% de manière partielle et 11% ont prévu un projet de mise en place. « Nous sommes donc sur un phénomène récent et lent à se mettre en place », fait remarquer Caroline Buscal.

Cette année, serdaLAB avait introduit des questions sur la gouvernance documentaire dans les réseaux sociaux d’entreprise (RSE), phénomène montant dans les entreprises.

Caroline Buscal de poser la question : « La gouvernance documentaire s’arrête-t-elle aux portes du RSE ? » Question d’autant plus préoccupante au vu des 62% d’organisations ayant répondu que leur RSE était totalement autonome du reste du système d’information, ce qui se traduit par une absence totale de gestion des documents issus du RSE. Quant à l’archivage de ces informations, on en est encore loin… Il n’y a donc aucune gouvernance des informations issues du RSE. Dans seulement 7% des cas, il existe un connecteur entre RSE et système de gestion de contenu. Se pose donc la question du pilote du RSE. Si dans 36% des organisations, c’est le professionnel de l’information-documentation, dans 27% « autres » cas, c’est très disparate : marketing, communication ou, dans le pire des cas, « on ne sait pas ». Il y a encore du chemin à faire dans la gouvernance en général, mais surtout dans la gouvernance des RSE.

Source : Enquête Groupe serda/serdaLAB menée en mars 2012 auprès de 230 répondants

Télécharger le livre blanc serdaLAB "La gouvernance documentaire dans les organisations françaises"

Video de la Conférence plénière sur la gouvernance documentaire- Documation 2012 

 

Powered by KB Crawl