Archivage
Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Actu marché
- Manon Vincent

Alfresco, société spécialisée dans les solutions de gestion de contenu d’entreprise, vient de lancer Alfresco Records Management 2.0. Cette solution pour la gestion et la conformité des archives est une plateforme open source, entièrement personnalisable et qui « s’adapte à tous les types de processus de gestion des archives déjà mis en place par les entreprises ». Elle permet de gérer tout type d’archives (documents bureautiques, fichiers multimédias, images scannées…) et s’adresse aussi bien aux entreprises qu’aux organismes publics. Alfresco RM 2.0 intègre, entre autres, les nouveautés suivantes :

  • Structure multi-niveaux : permettant aux gestionnaires d’archives de créer des structures d’archivage élaborées.
  • Support d’Alfresco Enterprise 4 : la solution s’intègre à Alfresco Entreprise 4.
  • Extensibilité : les utilisateurs peuvent définir leurs propres types de fichiers ainsi que les métadonnées associées.
  • Recherche d’archives : il est possible de créer des requêtes et de localiser des archives, ainsi que de sauvegarder les recherches en tant que « favoris ».
  • Entrepôt unique : « l’ensemble du contenu est capturé, géré et contrôlé dans un entrepôt unique, s’intégrant en toute transparence avec les outils de gestion de contenu ».
  • Interface Web : « l’accès aux fonctionnalités de gestion des archives se fait via une interface web sécurisée, accessible depuis n’importe quel poste de travail ».

 La solution est dès à présent disponible.

 

Source : Communiqué de presse d’Alfresco.

- Virginie Boillet

Ascodocpsy est un réseau documentaire en santé mentale regroupant plus de 90 établissements de santé mentale. Sa commission archives propose une enquête pour faire le point sur la question de l’externalisation des archives hospitalières suite à l'évolution récente de la réglementation.

Ils souhaitent recenser les pratiques des établissements hospitaliers (membres du réseau Ascodocpsy ou non)  en la matière. Cette enquête concerne toutes les données quelle qu’en soit la nature (administrative, médicale, sociale) ou quel qu’en soit le support (dématérialisé ou papier). Ce questionnaire devrait prendre une quinzaine de minutes. Merci de répondre au questionnaire pour le  3 septembre 2012.
En cas de questions ou de difficultés, merci de contacter Blandine Maurier aux coordonnées suivantes : blandine.maurier@arhm.fr. Les résultats seront  communiqués fin septembre 2012. Ils feront également l'objet d'une communication lors d'une prochaine journée d'étude que nous organiserons en 2013.

Merci de répondre au questionnaire à cette adresse :
https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?fromEmail=true&formkey=dGtYUjJxNjdqUDN0UHNaM2FtbTRib0E6MQ

 

 

- Manon Vincent

La bibliothèque du Congrès américain (Library of Congress) a récemment annoncé la mise en place d’un projet portant sur l’archivage de tous les tweets. L’objectif étant de préserver tous les messages publiés sur Twitter pour les générations futures et plus précisément « les messages qui contribuent à l’histoire de la planète ». Les tweets publiés à partir de 2006 (uniquement les tweets publics) seront donc précieusement conservés par l’institution. Ils ne seront toutefois pas consultables en ligne puisqu’il sera nécessaire d’avoir la carte de la bibliothèque pour pouvoir y accéder. Une fois publiés sur Twitter, les messages resteront sous embargo pendant six mois avant de passer dans le domaine « public ». La bibliothèque du Congrès n’a toutefois pas encore précisé s’il s’agissait de tous les tweets des pays dans lesquels Twitter est présent ou uniquement des tweets américains. Impliquant la collecte et le traitement de données à caractère personnel, ce nouveau projet porté par la bibliothèque du Congrès risque fort de faire débat.

Source : Idboox.com.

- Virginie Boillet

Dans son audition ouverte à la presse, du 11 juillet 2012, à la Commission des affaires culturells de l'Assemblée nationale, la nouvelle ministre de la culture et de la communication a évoqué vouloir modifier certains articles de la loi sur les archives de 2008, qui sont de nature à entraver la recherche archivistique. Cette loi a été souvent critiquée par les historiens et archivistes car elle rendait incommunicables un certain nombre d'archives civiles et militaires. Voici l'extrait de son discours,dans l'attente d'en savoir un peu plus sur ses intentions :

"J’évoquerai encore la conservation de notre mémoire collective, un sujet qui m’est cher. Si les Archives nationales, dont j’aurai le plaisir, à la rentrée, d’inaugurer le nouveau bâtiment à Pierrefitte-sur-Seine, sont une priorité, je souhaite aussi renforcer le partenariat avec l’État pour ce qui concerne les archives départementales. Il faudra également, à l’occasion d’un support législatif que nous étudierons ensemble, revenir sur certaines dispositions de la loi sur les archives de 2008, qui sont de nature à entraver la recherche archivistique. J’entends redonner aux chercheurs la liberté dont ils ont besoin et l’accès à cette ressource constituée collectivement."

Sources : http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cedu/11-12/c1112004.asp et www.rfgenealogie.com

 

 

- Virginie Boillet

Le standard d'échange de données pour l'archivage (SEDA), fait  actuellement l'objet d'une révision. Le premier appel à commentaires s'est terminé le 31 mai. Suite aux commentaires reçu, nous avons revu
les schémas XML ainsi que les diagrammes de séquences des transactions. Cette version corrigée est disponible sur le site Web des archives de France : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/seda/appel_a_commentaires.html

avec un statut de "dernier appel avant publication". Cet appel qui se terminera au 31 août, ne prendra pas en compte d'éventuelles demandes d'amélioration ou d'évolution (qui seront gardées en réserve pour être traitées lors d'une prochaine révision du standard) mais uniquement des demandes de corrections d'erreurs. Vos commentaires sont à envoyer à seda@culture.gouv.fr

- Elise Garet

Le FP7 (Seventh Framework Programme) de l'Union Européenne a financé à hauteur de 12,1 millions d'euros le projet IMPACT, destiné à établir un centre européen d'accès aux technologies et experts de la numérisation de masse, afin d'aider les bibliothèques, musées et archives à mener à bien leurs projets de numérisation.

Rendre les richesses culturelles et historiques de l'Europe numériquement accessibles

Ce projet a été inspiré par la richesse culturelle et historique de l'Europe, dont une infime partie est aujourd'hui disponible. Des millions de livres et de documents imprimés reposent dans des bibliothèques et des cartons, accessibles aux seuls chercheurs et universitaires. La numérisation à grande échelle permet de changer progressivement cette réalité. La Commission Européenne a pendant plus de 10 ans mené une campagne pour créer une bibliothèque numérique Européenne. Ce projet a vu le jour avec la création du portail central Europeana, qui met à disposition des milliers de documents numérisés à travers l'Europe. Pendant quatre ans et demi, le projet FP7 a oeuvré pour soutenir cet effort. Ses partenaires technologiques ont développé une suite de logiciels "post-scan" destinée à améliorer la qualité et la finesse de numérisation.

Le projet IMPACT a eu pour but de développer la technologie, les outils et logiciels de numérisation de masse afin de soutenir les projets de numérisation et permettre aux Institutions de les mener à bien efficacement. IMPACT a apporté un système qui fonctionne comme un médiateur: il met en contact les utilisateurs finaux avec les partenaires du projet, experts en numérisation. Un programme de formation traitant des questions et des technologies de la numérisaiton à grande échelle a aussi été mis à disposition sur le site du projet.

Le développement d'un cadre entretenu par un Competence Centre

IMPACT a permis le développement d'un cadre technologique, d'une architecture qui réunit tous les outils et technologies de numérisation en un seul endroit et qui assure qu'ils soient tous interopérables. Clemens Neudecker, manager technique d'IMPACT, commente: "nous voulions permettre aux bibliothèques et archives de choisir le système ou le logiciel qu'elles voulaient et de l'utiliser comme elles le voulaient. Nous ne voulions pas que les gens s'inquiètent des formats de fichiers, des conversions ou des questions d'interopérabilité. Le cadre s'occupe de ces questions, comme du défi de l'extensibilité."

IMPACT a pris fin en juin 2012, mais l'expertise collective de ses partenaires et leur expérience d'utilisation et de développement des outils de numérisation reste ouverte à la communauté de la numérisation de masse par le biais du Competence Centre IMPACT. L'administration de ce centre et le bureau d'aide seront dirigés par la bibliothèque virtuelle Miguel Cervantes et l'Université d'Alicante en Espagne. Les infrastructures informatiques et le stockage seront pris en charge par le "Supercomputing and Networking Centre" de Poznan en Pologne. Enfin, la base de données principale du projet IMPACT est hébergée à l'Institut PRIMA de l'Université de Salford au Royaume-Uni. Elle compte aujourd'hui plus de 500 000 images numérisées venant des bibliothèques partenaires d'IMPACT.

Le Competence Centre est financé par des abonnements, qui sont de 10 000€ pour les organisations privées et entreprises et de 6 000€ pour les établissements publics. Le Dr Balk conclue: "on ne peut pas faire de la numérisation de masse seul. La coopération est vitale et les partenaires d'IMPACT ont maintenant des années d'expérience dans le domaine. Par le biais du Competence Centre nous sommes maintenant à même de partager nos connaissances et notre expérience avec d'autres et à porter plus avant cette vision d'ouverture de la richesse des ressources historiques de l'Europe".

Source: Europe's Information Society

Actu législation
- Elise Garet

La Cour d' Appel Administrative (CAA) de Lyon a rendu sa décision dans un arrêt du 4 juillet 2012 concernant le litige opposant le département du Cantal à NotreFamille.com.

La CAA décide donc d'annuler le jugement du Tribunal Administratif de Clermont-Ferrand du 13 juillet 2011 qui lui-même annulait la décision implicite du président du conseil général refusant à NotreFamille.com la communication, en vue de leur réutilisation pour un usage commercial des cahiers de recensement des années 1831 à 1931 et qui l'enjoignait donc de communiquer ces documents. La demande de NotreFamille.com au TA de Clermont-Ferrand et ses conclusions d'appel sont rejetées.

La CAA lève le doute qui persistait sur l'exception culturelle des archives en considérant que les documents détenus par les services d'archives publics constituent des informations publiques communicables de plein droit, qui relèvent de la liberté de réutilisation consacrée de façon générale dans la loi du 17 juillet 1978. Si la demande de réutilisation de NotreFamille.com est cependant rejetée, le motif est la présence de données à caractère personnel dans ces informations publiques. Satisfaisant aux exigences de l'article 13 de la loi de 1978 sur les informations publiques comportant des données à caractère personnel, le département du Cantal n'était donc pas tenu de satisfaire à cette demande.

Toussaint Roze, fondateur de NotreFamille.com a réagit dans un communiqué datant du 5 juillet 2012: "c'est un moment important pour tous les acteurs de l'opendata culturel à qui l'on oppose depuis trop longtemps des fins de non-recevoir lorsqu'ils sollicitent la réutilisation d'informations publiques à des fins de valorisation du patrimoine culturel français."

De plus, l'arrêt précise que les collectivités territoriales ne peuvent pas se prononcer sur l'application de la loi "Informatique et Libertés", charge qui revient à la CNIL. La CNIL accorde des autorisations aux réutilisateurs, que les collectivités doivent vérifier. Le communiqué de NotreFamille.com précise que la société bénéficie de cette autorisation depuis le 24 novembre 2011, soit postérieurement aux faits jugés en l'espèce. Toussaint Roze se montre optimiste quant aux suites de cet arrêt, qui selon lui leur "permet de reprendre les discussions avec le département du Cantal pour que soit enfin effectivement mis en oeuvre le droit de NotreFamille.com à réutiliser les images d'archives d'état-civil et de recensement selon les principes généraux de transparence, d'égalité et de non-discrimination".

Sources : Notrefamille.com & Arrêt CAA Lyon, 4 juillet 2012, département du Cantal c/ NotreFamille.com, n° 11LY02325-11LY02326

Livres blancs/baromètres
- Elise Garet

L'Aproged a publié un guide des bonnes pratiques concernant l'archivage dans le Cloud, "à l'attention des organisations françaises et européennes". Les membres du groupe de travail ont voulu éclaircir les questions suivantes : les nouvelles possibilités technologiques sont-elles adaptées aux contraintes réglementaires? Est-il possible d'envisager la mise en oeuvre d'un système de gestion de contenu ou d'archivage de documents numériques tirant parti de ces nouvelles possibilités apportées par le Cloud?
Les experts ont cherché à identifier les contraintes et les apports liés à l'archivage électronique dans le Cloud computing.

Le guide est téléchargeable sur le site de l'Aproged, sous réserve d'être enregistré.

Actu produit
- Elise Garet

Le Système d'Archivage Electronique de Maarch est passé en version d'application mobile. Il est donc maintenant possible d'accéder aux documents versés dans Maarch Entreprise, mais aussi de les annoter via sa tablette ou son smartphone, quel que soit le type de document. Les emails et appels sont aussi pris en charge par l'application à laquelle on accède via l'adresse URL d'accès à Maarch Entreprise. 

Source: Maarch

Page 5 / 13 Début ... 3 4 5 6 7 ... Fin
Powered by KB Crawl