Archivage
Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Actu produit
- Etienne Michardiere

Les appliances BizNas protègent et stockent les données en réseau.

Tandberg Data vient de lancer sa nouvelle gamme de produits appliances, nommés BizNas. Ces serveurs permettent de stocker et protéger entre 1 et 16 To de fichiers et données partagées Dropbox. Ces appliances permettent le stockage de différents fichiers entre ordinateurs, qu'ils fonctionnent sous Windows, Mac ou Linux.
"Nous avons entrepris de créer un produit qui serait le moyen le plus facile et rentable d'ajouter plusieurs téraoctets de stockage fiable au réseau", explique Ted Oade, directeur mondial Marketing et gestion des produits de Tandberg Data. Disponible sous un format rack 1U ou dans une version desktop elles permettent de gérer près de quatre disques durs tout en intégrant des outils permettant la protection des fichiers et données stockés.
Les appliances BizNas stockent et protègent les données, mais elles permettent aussi une auto-protection du système d'exploitation NAS ainsi qu'une possibilité d'utilisation hors site. Enfin elles possèdent des outils pour centraliser et protéger les données numériques déjà stockées dans le Cloud.

Source : infodsi.com

Tags : stockage
- Etienne Michardiere

Le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur) a mis en ligne le « Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données » qui permet de donner des solutions aux personnes confrontées aux problématiques de l’archivage des bases de données. Ce guide, qui est le résultat de la collaboration entre archivistes et informaticiens, fournit des outils pour aider à identifier les points importants lors d’un processus d’archivage des bases de données. Pour accéder au guide : Lien 

Source : Echodoc.net

Actu produit
- Etienne Michardiere

Le 21 mai 2013, des tables rondes sont organisées dans le cadre des 8ème Etats Généraux du cloud computing.

Le cloud computing intrigue encore en France, les entreprises ont du mal à externaliser leurs contenus numériques.
Le 21 mai prochain, à l’hôtel Novotel Tour Eiffel à Paris, se tiendra les 8ème Etats Généraux du cloud computing. Différentes tables rondes seront organisées pour pouvoir traiter de toutes les interrogations des entreprises.

Le cloud computing c’est quoi ?

Schématiquement, il s’agit des pouvoir stocker ses données sur des serveurs à distance afin que différents acteurs puissent travailler en collaboration sur les mêmes contenus, où qu’ils se trouvent. Et c’est cette idée de semer ses données qui provoquent la méfiance des entreprises qui trouvent que ce système n’est pas assez sécurisé.

Pourtant, le cloud computing a déjà séduit de grands groupes comme IBM ou Oracle, ce changement n’est pas le fruit du hasard, ces groupes accordent une réelle confiance aux SaaS (software as a service), qui sont les applications disponibles sur le cloud. De plus la majorité des dirigeants sont satisfaits de sécurité des accès et la confidentialité des contenus.

Le cloud est une tendance qui tient à se démocratiser grâce à son amélioration et sa sécurisation qui se perfectionne jour après jour. 

Source : opendata.blogs.nouvelobs.com

- Etienne Michardiere

Le congrès Big Data s'est tenu à La Défense, du 03 au 04 avril 2013.

Catégories : Archivage, Data, Stockage, France
Actu produit
- Thibaut Stephan

L’éditeur spécialisé dans l’EIM (Enterprise Information Management) commercialise une nouvelle solution d’archivage.

Celle-ci se distingue de la concurrence par sa capacité à intégrer l’ensemble des contenus d’une organisation dans un référentiel unique.

OpenText annonce que sa nouvelle offre permet de réaliser jusqu'à 50% d'économie sur le stockage à long terme, notamment grâce à la rationalisation des infrastructures de stockage : la suppression des doublons, la compression du contenu stocké et le choix du type de stockage (médias optiques, disques durs, bandes magnétiques, stockage sur le cloud).

OpenText Archive est déjà disponible et son implémentation est estimée à 30 jours.

Source : Open Text

Catégories : Actu produit, Brève, Archivage
Retour d'expérience
- Thibaut Stephan

Le groupe MetLife, spécialisé dans l’assurance-vie et la prévoyance, revient sur la mise en place de son projet de dématérialisation du courrier.

L’objectif de l’automatisation du traitement du courrier était de fiabiliser la relation avec les assurés et de limiter les risques de litiges. Auparavant, les courriers recommandés étaient assemblés et envoyés manuellement, ce qui représentait quotidiennement deux heures de travail pour un coût global de huit euros par envoi.

A ce jour, MetLife assure avoir  réduit la charge de travail à 10 minutes par jour et divisé les frais par quatre. Les gains sont évalués à 1 200 000 euros par an.

Outre ses bénéfices économiques, le nouveau système garantit la traçabilité des courriers et permet l’archivage des preuves de dépôt et des accusés réception au sein d’un système d’archivage électronique à valeur probatoire.

Ce succès a entraîné le lancement d’autres projets tels que la dématérialisation d’autres flux (gestion de la relation client) et la création d’espaces sécurisés permettant aux assurés d’accéder à l’ensemble de leur dossier client.

Source : decision-achats.fr

Actu législation
- Thibaut Stephan

Une rencontre organisée fin janvier 2013 entre les responsables des CNIL Europe et Asie-Pacifique a été l’occasion de préparer le futur encadrement des flux de données entre les deux zones.

Le G29, groupe des CNIL européennes, planche sur le développement d’outils permettant d’assurer la protection des données d’entreprises lors d’échanges internationaux. Pour ce faire, le G29 s’est lancé dans l’analyse comparée des deux codes actuellement en vigueur :

- Les Binding Corporate Rules (BCR) au sein de l’Union européenne. Ces règles garantissent la protection des données transférées entre deux entités d’une même entreprise ou d’un même groupe basés dans deux pays-membres distincts.

- Les Cross-Border Privacy Rules (CBPR) pour la zone Asie-Pacifique, développés par la Coopération Economique pour l’Asie-Pacifique et qui reposent sur des tiers-certificateurs agréés.

L’étude de ces deux codes de conduite devrait ainsi mener à l’instauration de nouveaux outils destinés aux entreprises multinationales opérant à la fois en Europe et en Asie-Pacifique. 

 

Source : cnil.fr

Actu produit
- Thibaut Stephan

Déjà détenteur du label Tiers-archiveur, Docapost DPS a reçu le label coffre-fort électronique pour son Espace Sécurisé de Conservation (ESC) de la part de la Fédération Nationale des Tiers de Confiance (FNTC). 

Cette distinction offre aux utilisateurs des "garanties quant au respect des exigences en matière d’intégrité, d’horodatage et de traçabilité de l’archivage électronique".

C’est le cinquième label décerné par la FNTC (le second pour Docapost) : Cecurity.com est également labellisé coffre-fort électronique tandis que Pitney Bowes et Locarchives sont ont reçu le label Tiers-archiveur.

 

Source : http://www.fntc.org/content/view/1062/86/

 

 

Actu produit
- Virginie Boillet

Décidément les annonces se multiplient dans le domaine de la sécurisation des échanges dématérialisés (signature de contrats, échanges financiers…) en situation de mobilité. Après les annonces des éditeurs de plateformes de dématérialisation en mode SaaS (Yooz, Primobox….), voici les éditeurs de solutions de signature électronique qui lancent des solutions spécifiques aux mobiles et tablettes. Après Dictao, Cryptolog lance «?Universign pour tablettes?», une solution de signature électronique sécurisée sur tablette.

Le fournisseur français de solutions de signature électronique et services de confiance propose de généraliser la création d’identité numérique et de signature électronique certifiées au cours d’une transaction commerciale via tablette. Car la tablette tactile s’impose aujourd’hui dans la démarche de vente. Elle s’avère être un formidable outil de conversion client et d’optimisation de l’activité commerciale. Or, vendre c’est avant tout collecter la signature de son client. « C’est là où la tablette vient une fois de plus rebattre les cartes de manière disruptive : il n’y a pas aujourd’hui de meilleur équipement pour signer un document numérique… Qui soit à la fois capable d’associer une signature du bout du doigt satisfaisante pour un être humain, à une véritable signature électronique à valeur légale satisfaisante pour un tribunal ! », développe Julien Stern, Directeur Général et Co-Fondateur de Cryptolog.
Constituée à la fois de la signature manuscrite, signature qui n’a pas de valeur légale, mais qui rassure le client, et d’un identifiant numérique certifié, la signature électronique se prête parfaitement au format de la tablette dans le cadre d’une transaction commerciale (voir notre retour d'expérience avec la société de crédit à la consommation Cetelem).
Encore faut-il que les signatures produites sur les tablettes soient conformes au cadre légal français et européen sur la signature électronique qui ne se satisfait pas d’une signature manuscrite numérisée.« De ce point de vue, l’architecture de la solution Universign pour tablettes garantit une sécurité juridique quasi équivalente à la signature présumée fiable et à un coût et une simplicité opérationnelle jamais proposés jusqu’alors », déclare Julien Stern.
Universign pour tablette s’intègre de manière transparente au cœur de n’importe quelle application métier mobile (CRM, ERP, etc.) à l’aide d’une bibliothèque logicielle aujourd’hui disponible pour les systèmes d’exploitation Apple iOS, Androïd et Microsoft Windows 8, ce qui autorise un large choix de tablettes pour la mise en œuvre d’un tel projet.

Source : Communiqué de presse Cryptolog

A paraître : tendance sur la mobilité dans la dématérialisation, dans la prochaine étude serdaLAB "Dématérialisation des processus documentaires : marché et nouvelles pratiques" (parution mars 2013)

Actu produit
- Virginie Boillet

Dictao, éditeur de solutions de signature électronique et Valerian, éditeur de solutions d’échanges de flux financiers et de solutions WebEDI, se sont associés pour bâtir une offre de « Signature électronique renforcée de transactions financières sur mobile ».

Face à la révolution des usages liée à la mobilité, Valerian souhaitait offrir une déclinaison « Mobile » de sa suite logicielle « WeBank », offre WebEDI modulaire et hautement sécurisée, aux clients des banques, avec une exigence forte : le niveau de sécurité de cette offre mobile doit être équivalent à celui assuré sur le poste de travail. En particulier le signataire doit pouvoir garantir son engagement sur les opérations, avec une signature électronique à vocation probatoire. Cette exigence est contrariée par la diversité des terminaux mobiles (multiples facteurs de forme, multi OS, etc.), par la faiblesse de leur sécurité native, et par le fait qu’ils sont le plus souvent incompatibles avec l’usage de cartes à puce ou tokens.
Valerian a donc choisi de s’associer à Dictao, leader de la signature électronique depuis plus de 10 ans, dont les produits sont certifiés selon les standards de sécurité internationaux les plus exigeants (Critères Communs ISO 15 408). Valerian a donc intégré la solution Dictao de signature électronique renforcée sur mobile dans Webank. Cette solution garantit la non-répudiation des ordres signés par l’utilisateur, qui conserve le contrôle exclusif sur son secret (clé privée).

Source : Silicon

Page 2 / 13 1 2 3 4 5 ... Fin
Powered by KB Crawl