E-santé : la France à la traîne
Pourtant estimé entre 2,5 et 3 milliards d’euros, le marché de l’e-santé peine à progresser en France.

Alors qu’on lui prédit un taux de croissance de près de 22% dans les trois prochaines années aux Etats-Unis, le secteur de l’e-santé connaît un taux de croissance limité en France : à peine 3% par an. La fragmentation du marché est certainement une des raisons de ce faible taux :  profils des acteurs très variés (à la fois grands éditeurs de logiciels spécialisés, comme Cerner, McKesson ou Cegedim, SSII comme Capgemini ou Atos, petites PME) et activités diverses, le secteur de la santé n’a que peu intégré les technologies de l’information. Néanmoins, les courbes de croissance de ce secteur dépendent fortement des segments de marché : intégration de systèmes d'information hospitaliers, infrastructures de réseaux de santé, gestion de données, etc. La télémédecine semble être un des segments les plus porteurs. Ce secteur qui regroupe différentes pratiques médicales telles que la consultation ou l'échange de données à distance, est estimé à 120 millions d’euros. De nombreux professionnels du secteur semblent toutefois quelque peu dubitatifs quant à la croissance du marché, fortement lié aux politiques des commandes publiques. Or, selon l’ASIP Santé (l’Agence des Systèmes d’Informations Partagés de Santé), seulement 1,5% du budget total des hôpitaux en France est dédié aux investissements en nouvelles technologies.

Source : Les Echos.

Aucune note sur cet article
Aucun commentaire sur cet article
Powered by KB Crawl